Chronique des media captifs

Quelques anecdotes et remarques concernant le manque de pluralisme dans les chaÎnes télé, journaux nationaux, magazines, à propos de quelques épisodes récents concernant les Gilets Jaunes.

Chronique des media captifs

Sur FR2, l'autre soir, Delahousse (dit « Le Beau Gosse ») invite Dupont-Moretti.

–Vous, M. Dupont Moretti, vous faites partie de l'élite ?

– Oui, bien sûr, M. Delahousse

– Les Gilets Jaunes s'attaquent à l'élite...

Je ne garantis pas l'exactitude du dernier propos, mais c'était le sens général. On voit la télé publique reprendre à son compte le vocabulaire du populisme, « le peuple contre l'élite »...C'est commode, ça évite de s'en prendre aux patrons de LVMH, de Carrefour, au patron de BFM, de CNews, de la Société Générale, de LCI, de Total, de Renault, du Monde, de Libération ou du Figaro, aux dirigeants du MEDEF, aux multinationales du CAC40...M. Dupont-Moretti n'a rien trouvé à objecter à M. Delahousse...Il trouvait tout naturel qu'on l'identifie, par Gilets Jaunes interposés, à un ennemi du peuple.

Un autre soir, ou le même, sur C Politique (FR5), un invité, philosophe de son état, au demeurant fort sympathique, trouve qu'objectivement « Marine Le Pen développe un discours cohérent depuis plusieurs années, loin des poncifs habituels ; elle dit que les ouvriers sont exploités par le capital cosmopolite ... ». La philosophie ne va pas jusqu'à faire observer que le programme cohérent de Marine Le Pen, c'est que les salariés français soient exploités par le capitalisme français, et cela d'autant mieux que les travailleurs étrangers, sans droits, seraient dénoncés en ennemis des « Français de souche », comme les musulmans, les juifs ou les homos...

Un autre soir encore, ou le même, on s'interroge gravement sur le plateau de C dans l'air (FR5), « mais pourquoi les Gilets Jaunes détestent les media » ? Une video montre des journalistes de LCI agressés par des voyous qui portent un gilet jaune. Ces agressions inadmissibles de salariés d'une chaîne privée, en train de faire leur travail, sont évidemment imputés à l'ensemble des Gilets Jaunes, tous coupables. Mais, comme c'est bizarre, personne sur le plateau télé ne mentionne qu'une dizaine de magnats possèdent la presque totalité des journaux nationaux, magazines ou télé...Personne sur le plateau ne s'indigne que les chroniqueurs et éditorialistes patentés, les Apathie, les Duhamel, les Patrick Cohen, les Sonia Mabrouk, les Léa Salamé, les Pujadas, voire les BHL et autres lumières intellectuelles auto-proclamées partagent tous et toutes, avec des nuances, la même vision de la société ; les uns un peu plus à droite, les autres un peu moins.. C'est leur droit, il leur est tout à fait permis d'ignorer ce qu'est la lutte des classes, ou comme  disait Cahuzac, de n'y avoir jamais cru. C'est même pour ça, apparemment, qu'ils sont recrutés : non pas pour obéir aux ordres, mais non, simplement pour dire ce qu'ils pensent, le plus honnêtement, sans doute, du monde. Mais puisqu'ils s'interrogent sur le manque de tendresse pour eux, de la part des gueux, des chômeurs, des CDD, des retraités ou « des gens de rien », pourquoi n'inviteraient-ils pas aussi sur leurs plateaux, régulièrement, dans les colonnes de leurs journaux, des journalistes des quelques journaux nationaux indépendants de l'Etat et des groupes du CAC40 ?

En quotidiens nationaux, je leur suggère ceux de l'Humanité, ou ceux de La Croix, auxquels il faut ajouter Mediapart (mais Edwy Plenel n'est pas absent de nos écrans). Ce sont, à ma connaissance, les seuls journaux nationaux indépendants. En hebdos, je suggère le Canard ou l'Humanité. En mensuel, Le Monde Diplo, peut-être un ou deux autres que je ne connais pas... Aucun ne ceux là ne reçoit de gros et gras contrats de publicité en pleine page à 100 000€ la page... (Comptez les pleines pages de pub du Monde ou du Figaro...)

Je fais un pari : si, comme le voulait le CNR à la Libération, le pluralisme d'opinions était manifeste et garanti dans les media, journaux ou télés publics ou privés, si de véritables débats contradictoires étaient organisés, notamment à la télé aux heures de grande écoute, avec droit à l'expression de tout l'éventail des opinions de ce pays, on verrait rapidement diminuer la colère populaire contre le rabachage actuel des opinions conformistes et/ou réacs, et dans les manifs, personne ne tolèrerait plus qu'on s'en prenne, en se trompant de cible comme il arrive parfois aujourd'hui, aux journalistes qui font leur métier.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.