Tragédies

On entend beaucoup parler des tragédies engendrées par les manifs des Gilets Jaunes parmi les commerçants des centres ville, des dégâts au mobilier urbain, et des blessures des uns et des autres. Mais qui sont, au fond, les responsables?

Tragédies

Qui ne serait pas ému par les baisses de chiffre d'affaire des commerçants du centre de Paris, Toulouse, Bordeaux, etc., à l'occasion des manifestations de Gilets Jaunes depuis 3 mois. Comment ne pas s'inquiéter des éventuelles faillites, des gens ruinés, des salariés licenciés, fermeture d'entreprises à la suite des dégradations commises durant les manifestations ? Et les coûts importants pour les municipalités des mobiliers urbains détruits ? Ne sont-ils pas désolants ?

Les chaînes d'information nous ont amplement donné les détails, les chiffres. Ils ne font qu'ajouter à la colère devant les mutilations, les yeux détruits par les LBD, les mains arrachées par les grenades de désencerclement, les blessures subies par les manifestants non violents, ou les fonctionnaires de police.

Ce qui est stupéfiant, c'est qu'à la suite des communiqués gouvernementaux sur toutes ces tragédies, les éditorialistes de BFM, CNews, TF1ou des chaînes publiques attribuent, sans aucune exception, la responsabilité de ces tragédies aux Gilets Jaunes !

Certains s'essayent parfois timidement à mettre en cause les casseurs, les provocateurs fascistes, racistes, antisémites, des éléments la plupart extérieurs à la grande majorité des honnêtes gens qui mettent leur gilet jaune le samedi depuis le 17 novembre. Manipulables, manipulés ou simplement imbus d'idées courtes et imbéciles sur la Révolution, leurs agissements n'ont-ils pas comme résultat principal de donner à nos dirigeants les arguments pour esquiver leur responsabilité et se donner le beau rôle  de défenseur de l'ordre public?

Ne se trouvera-t-il pas un seul de ces professionnels de l'information, si affligés devant les souffrances des uns, les coûts et les déboires des autres, pour remarquer que la responsabilité de loin la plus importante est celle d'un président et d'un pouvoir qui ne gouvernent pas dans l'intérêt de la grande majorité du peuple ? A qui la faute si des centaines de milliers de citoyen-ne-s ne trouvent plus qu'à se soulever et manifester, la plupart pacifiquement pour exprimer leurs exigence de pouvoir vivre décemment ? Ils n'en peuvent plus de cette politique qui ne profite qu'aux grands détenteurs de capitaux, de ce président qui n'agit que pour une poignée de grands industriels, de grands distributeurs, de seigneurs de la finance … Quand verrons nous nos télés ou nos journaux quotidiens, à part un ou deux, pointer du doigt la responsabilité des vrais responsables ?

Un gouvernement qui reviendrait aux principes du Comité National de la Résistance, qui s'en prendrait aux insolents profits des grands groupes du CAC40 verrait-il la population se soulever contre lui ? S'il imposait les grandes fortunes, augmentait les salaires et indexait les pensions sur le niveau des salaires, étendait les droits des citoyens dans les grandes entreprises, qui garantirait l'indépendance de la presse et des chaînes télé par rapport aux grands groupes privés aurait-il à craindre des casseurs  infiltrés parmi un peuple apaisé ?

Alors toutes les tragédies, quels responsables ?

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.