Du Tritium dans l'eau?

Un corps humain moyen émet 8000 Becquerels. A comparer aux 100 Becquerels/litre mesurés dans l'eau en aval de réacteurs nucléaires

Tritium dans l'eau

Evidemment, la présence de traces de Tritium dans l'eau incite à la vigilance quant à des fuites éventuelles dues à un ou des réacteurs en amont.

On parle de 100 Becquerels par litre.

Le corps humain présente en moyenne une radioactivité naturelle de 8000 Becquerels, (pour un individu de 70kg) . Soit un peu plus que le poids équivalent d'eau « contaminée ». Cette radioactivité provient de la présence naturelle dans notre corps de Potassium 40 et de Carbone 14.

1 Becquerel est l'unité de désintégration radioactive par seconde, soit une désintégration radioactive par seconde

Le corps humain, composé d’éléments radioactifs, notamment le 40K et le 14C, est donc lui même une source d’émission de rayonnements ionisants. Ces deux radionucléides, principalement émetteurs béta, sont responsables d’une activité de l’ordre de 8 000 Bq et d’une dose efficace de l’ordre de 0,4 mSv/an calculées pour un individu de poids moyen de 70 kg. Afin d’appréhender cette valeur, il est nécessaire de la corréler à l’exposition aux autres rayonnements ionisants naturels. En France, cette exposition est évaluée en moyenne à 2,9 mSv/an (IRSN, 2015).

Voir : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01740687/document

Certes, il est utile de rechercher d'où peuvent venir les traces de Tritium dans l'eau, de déterminer si elles proviennent de fuites éventuelles de réacteurs, d'y mettre fin le cas échéant. Mais susciter l'anxiété, voire la panique à propos de 100 Becquerels/litre d'eau relève de l'ignorance, de l'irresponsabilité, ou pire, de la manpulation de l'opinion.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.