Pascallederer
Physique théorique (matière condensée) de 1962 à 2009 (Directeur de recherche au CNRS); Mastère en philo des sciences
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2022

La recherche scientifique malmenée

La recherche scientifique, victime de la crise du capital, malmenée par les politiques libérales, a besoin, pour son épanouissement comme pour le bien commun, de réformes profondes.

Pascallederer
Physique théorique (matière condensée) de 1962 à 2009 (Directeur de recherche au CNRS); Mastère en philo des sciences
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pascal Lederer (physicien) et Olivier Gebuhrer (mathématicien)

La Recherche Scientifique en France, dans l’UE et dans le monde capitaliste, est mal menée et donc malmenée.

La crise systémique dans laquelle l’humanité se débat surplombe cette situation, ressentie à des degrés divers d’une part par la collectivité scientifique et par la société dans son ensemble. Le développement de contradictions qui ne trouvent pas les voies de leur dépassement, constitue un élément actif de la crise qui atteint la recherche scientifique, en même temps que celle-ci contribue à l’alimenter.

Cette situation n’en est qu’à ses débuts. On peut – c’est indispensable – exiger budgets et recrutements, mais c’est court. Un retour à « la tour d’ivoire », laquelle n’a jamais existé d’ailleurs, est une illusion.

A quels choix politiques faisons-nous face ?

Pour les forces du capital, il s’agit d’une part de tordre le processus même de la découverte scientifique et d'asservir l’ensemble du potentiel universitaire et de recherche scientifique à l'« innovation », c’est-à-dire aux mécanismes profonds de la production matérielle et de la financiarisation, laquelle joue aujourd’hui un rôle déterminant dans le développement même de la crise systémique. En témoignent sans s’y réduire les sommes du Crédit Impôt Recherche ( 6 Milliards € /an , soit le double du budget du CNRS ) servant de régulateur étatique à la baisse tendancielle du taux de profit d’abord pour les géants du CAC 40, d’autre part la politique de développement des start up, entreprises accolées au potentiel universitaire public méritant une étude en soi.

Les dégâts de cette politique, institutionnalisée par M. Sarkozy et Mme Pécresse, sont à corréler avec la désindustrialisation, le gonflement spectaculaire des Ecoles de commerce, la chute de la France dans le rapport aux activités scientifiques et la réduction drastique de voilure et d'ambitions, sans parler de la démotivation des équipes, du développement sans précédent de la précarité, de la misère étudiante, pour ne citer que les faits les plus saillants. S'y ajoute un culte de la concurrence la plus effrénée entre les équipes, les personnels pour des financements toujours plus chiches et de courte durée, écho du dogme de la « concurrence libre et non faussée ».

La nécessité d’un changement de paradigme à l’échelle de la société passe aussi par quelques axes novateurs dans le domaine du potentiel scientifique et universitaire.

La torsion infligée à la création scientifique exige d'abord le rétablissement des moyens de l’ « indépendance intellectuelle » des chercheurs et universitaires du secteur de la recherche fondamentale. Ce qui qui implique de profonds changements au niveau des missions et de la composition des instances scientifiques avec des droits nouveaux de saisine et d’intervention pour les travailleurs scientifiques. Sortir de l’asservissement suppose, pour le bien commun, d’établir des mécanismes nouveaux d'incitation à des coopérations volontaires mutuellement avantageuses entre les entreprises et le potentiel scientifique et universitaire. Avec la création de pôles publics (finance, médicament, énergie, aménagement du territoire, etc.) il y a là quelques pistes non exhaustives de tournant audacieux pour répondre à des défis mondiaux à composante française.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum