Patrice Beray
Journaliste, auteur
Journaliste à Mediapart

226 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 janv. 2009

Jacques l'alchimiste

Jacques Lacomblez est un réaliste. C'est ce qu'il dit. Jean Wahl, un des maîtres de Gilles Deleuze, en aurait sûrement convenu, en faisant se rejoindre, en philosophe averti de l'art, ce réalisme avec un idéalisme extrême. Car ce réalisme-là des philosophes n'a rien à voir avec le sens usuel donné à ce mot, pour lesquels, selon Wahl, «les espèces, les idées générales existent dans les choses». Et il n'est rien de moins abstrait, pour le peintre, que cette alchimie créatrice qui le meut.

Patrice Beray
Journaliste, auteur
Journaliste à Mediapart

Jacques Lacomblez est un réaliste. C'est ce qu'il dit. Jean Wahl, un des maîtres de Gilles Deleuze, en aurait sûrement convenu, en faisant se rejoindre, en philosophe averti de l'art, ce réalisme avec un idéalisme extrême. Car ce réalisme-là des philosophes n'a rien à voir avec le sens usuel donné à ce mot, pour lesquels, selon Wahl, «les espèces, les idées générales existent dans les choses». Et il n'est rien de moins abstrait, pour le peintre, que cette alchimie créatrice qui le meut.

Voir, de toute sa perception, une toile de Jacques Lacomblez est une expérience inoubliable. Je fis cette découverte à Lasne, dans la plaine de Waterloo. Le peintre était à pied d'œuvre, le regard rivé sur l'une de ses toiles exposées, fustigeant la critique contemporaine qui ne s'employait qu'à cerner le «comment» d'une œuvre, et non le «quoi», qu'elle scelle dans sa lumière de nuit.

Le peintre, dit cet alchimiste, cherche l'évaporation de la matière, dont il ne doit rester que la substance, la transparence.

© 

Nul doute que Jacques Lacomblez est de ces «grands transparents» qu'annonçait André Breton dans ses prolégomènes à un Troisième Manifeste du surréalisme. Où on le retrouve en compagnie du poète Stanislas Rodanski pour qui le «vrai sujet», «ce n'est pas le fait de la rencontre humaine avec l'humain, mais la rencontre humaine avec les grands transparents», qui en sont d'autres formes, «réfléchies», selon le mot de cet autre grand complice, Claude Tarnaud. Car le vrai défi pour ces créateurs que requérait l'aventure surréaliste, dans l'après-guerre existentialiste, c'était d'échapper au sujet conscient, «enlisé», sartrien. Cet existentialisme sartrien qui venait de gagner sa guerre publique d'influence sur les idées contre le surréalisme d'André Breton.

Mais cette contre-histoire là reste largement à écrire.

Et bien sûr, l'alchimiste est poète :

Enfin le temps nous manque : nous ne lui sommes

qu'une cible d'impénétrable transparence.

Nous avons quitté les domaines d'urgence

où la passion se mutile de son image

dans l'exigence de la rafale.

La vitesse nous laissait encore réciproques.

Et raréfiés comme l'air qui nous avait enivrés

à croire que nous vivrions d'étreinte

sans plus nous voir nous aimer...

(Pour une Phrase voilée, Atelier Ledoux Editions, Bruxelles, 1996).

Acteur important du mouvement Phases issu de la revue éponyme d'Edouard Jaguer, Jacques Lacomblez a participé aux plus importantes expositions internationales du surréalisme organisées par André Breton.

Il a été fêté avec Camille Bryen, Pierre Alechinsky notamment, l'an passé, lors d'une rétrospective au Musée de Saint-Brieuc, à l'initiative de Jean-Claude Charbonel.

La prochaine fois, je vous préviens. Amicamoureusement (parole de «grands transparents», Ghérasim Luca et Claude Tarnaud).

© 

NB. La toile reproduite en ouverture de ce billet et ci-dessus s'intitule Jardins improbables; la seconde, Point du jour, à A.B. Ce sont des peintures à l'huile assez récentes. On peut aussi aisément se procurer de Jacques Lacomblez, Le Peu Quotidien, éd. Syllepse, 69, rue des Rigoles, 75020 Paris, 7,75€ ; et Pages de mégarde, éd. Le Grand Tamanoir, 17, rue Jeanne-d'Arc, 58000 Nevers, 10€.

Je signale également que la galerie Inknight (Nuitdencre 64 – 64, rue Jean-Pierre-Timbaud, dans le XIe, à Paris) présente jusqu'au 10 février 2009 des peintures, sculptures et manuscrits de Claude Tarnaud.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le « wokewashing », la nouvelle stratégie des majors pétrolières
La justice raciale, le féminisme et les droits LGBT+ sont de plus en plus mobilisés par les géants pétroliers pour convaincre des bienfaits de leurs activités fossiles. Une pratique récente baptisée « wokewashing » et qui n’a qu’un seul objectif : retarder l’action climatique pour continuer à nous abreuver de pétrole.
par Mickaël Correia
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Paris-Dauphine condamnée pour avoir discriminé une femme enceinte
Dans une décision inédite, la cour d’appel de Paris a condamné en novembre dernier la fondation de l’université Paris-Dauphine pour discrimination. La directrice, qui a écopé de huit mois de prison avec sursis, avait licencié une salariée juste après avoir su qu’elle était enceinte.
par David Perrotin
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin