Derrière la salle de bains de Marie-Laure Dagoit

Derrière la salle de bains, il y a une femme. Dans ses petits papiers, elle parle d'amour comme personne. Sans fard. Jouer jouir pour jouer. Quoi ? Faute avouée, faute à demi pardonnée ? Non, vous n'y êtes pas.

Derrière la salle de bains, il y a une femme.

 

Dans ses petits papiers, elle parle d'amour comme personne. Sans fard. Jouer jouir pour jouer. Quoi ? Faute avouée, faute à demi pardonnée ? Non, vous n'y êtes pas.

Ici on marche sur feu l'affect, sur l'eau d'une mémoire de surmâle revisitée, selon Jarry : L'amour est un acte sans importance puisqu'on peut le faire indéfiniment. Et comme à bon entendeur, salut, l'écouteuse s'y est fait plus qu'un genre.

D'ailleurs sur le carrelage de cette salle de bains, il n'y a pas que les mots qui tombent à pic : cette fille, qui l'eût ouï, n'a que la ritournelle de l'amour fou en tête. Car c'est ainsi, fée Marie-Laure n'en a qu'après les faits et gestes de l'érotisme. Comme une petite sœur des Catherine Breillat, Millet et consort ? Que nenni ! Elle s'en déprend violemment : «Quelle différence entre le livre de Catherine M. [La Vie sexuelle de C. M.] et un vulgaire roman porno vendu en gare? Alors, la vraie question à lui poser c'est: est-ce qu'il suffit de vivre quelque chose de fort pour savoir le raconter avec intérêt, talent?» (in La Spirale).

Faut dire que, dans cette salle de bains, le miroir d'Alice est sans tain. On voit tout venir, de loin. Derrière soi, c'est devant, et l'on se déplace dans la buée des mots que l'on trace d'expérience. Rappel.

Toute jeune, Marie-Laure Dagoit a tutoyé les éditions du Soleil Noir, aiguillon dissident d'un surréalisme désœuvrant (Ghérasim Luca, Stanislas Rodanski, Claude Tarnaud...), s'est passionnée pour les poètes de la Beat Generation, qu'elle édite (Burroughs, Pélieu, Giorno...), aujourd'hui conjointement avec Dard, Ossang, Tarkos, entre autres, en de très délicates plaquettes faites maison.

Quant à elle, le spectre de ses heurts et désirs irait de On me baise longtemps (Al Dante) à Et les lèvres et la bouche (Agnès Pareyre). C'est ainsi, l'amour peut être léger comme l'aveu qui l'a fait succomber. Une fois.

C'est passé.

Et il faudra sept vies pour doucher ses phantasmes comme on tourne sa langue dans sa bouche.

Mais chut.

On vous attend Derrière la salle de bains.

La clé est dans la baignoire.

 

 

le foutre des animaux constitue l'ordinaire/ il convient aux jours de jeûne

comme aux fêtes/ il peut bouillir en permanence et attendre le

réveil des femmes

on s'y jette en se plaignant de manger comme des bêtes

 

quant aux médecins/ ils en déconseillent la consommation car sa

digestion difficile ne le rend supportable qu'aux robustes estomacs

des paysannes

 

il nourrit les femelles & les Malades.

BOUILLI pour abattre la

groƒƒe faim ;

avec la BOUCHE

pour les Feƒtins.

 

est-il un hors d'œuvre ou un dessert ?

un fruit ou un légume ?

faut-il l'assaisonner de sucre/ de sel et de poivre

ou l'avaler nature ?

est-il à cause de sa chaleur supposée/ un remède préventif à la

concupiscence/ à moins qu'il ne corrompe le corps de l'intérieur?

 

je crois que quelqu'un a mis quelque chose dans mon cul

un manche lourd encombre ma raie

régulier/ mécanique comme forcé

d'en haut/ on voit sur les ventres immobiles

le foutre plat et lumineux s'étaler par endroit

comme des sables mouvants sous mes pieds

pour se perdre tout à coup dans le fouillis des cheveux

 

des sanglots étouffés par le sang

des bites bien repues

des précautions infinies

le foutre est doux comme le lait et le miel

et je sens à le respirer/ un charme inexplicable

 

il n'y a presque plus personne en France

qui ne veuille avaler en vaisselle d'argent

moi ? je n'ai peur de rien

 

en attendant le foutre

je porte des gants

la bouche ourlée

des talons rouges

le cul en lambeaux

je ne respire que pour ça

je n'aime aucun lieu sans lui

 

«Foutre», de Marie-Laure Dagoit (extrait)

 

[Derrière la salle de bains, liens: ebay : http://stores.ebay.fr/derriere-la-salle-de-bains ;

catalogue dsb : http://cataloguedsb.blogspot.com

(prix plaquettes auteurs entre 4 à 9 euros)]

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.