Patrice Bride – coopérative Dire Le Travail
Coopérative Dire Le Travail : tout un programme !
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

1 Éditions

Billet de blog 18 févr. 2020

Frapper le fer, faire résonner le monde

Pour considérer autrement le travail dans notre monde, il est toujours utile d’aller voir ailleurs, loin des évidences. Une exposition du musée du quai Branly fait résonner des bruits d’un autre monde : le martèlement des pièces métalliques sur l’enclume, le grondement du fourneau, non pas dans des usines sidérurgiques, mais dans de modestes forges en Afrique.

Patrice Bride – coopérative Dire Le Travail
Coopérative Dire Le Travail : tout un programme !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Le premier fils du monde est un forgeron. » (chant, Mali)

Cette métallurgie artisanale est une activité économique encore largement pratiquée dans les arrière-cours de villages ou de quartiers urbains, indispensable même dans une économie recourant à la récupération. Les artisans y fabriquent sans doute moins qu’il y a quelques siècles des armes de chasse ou de guerre, mais toujours des objets à vocation pratique, utilitaire même.

Pourquoi alors les inviter dans un musée, placer leurs productions dans des vitrines d’une institution culturelle parisienne ? La réponse est saisissante dès les premiers pas dans l’exposition. Technique, esthétique et symbolique sont indissociablement mêlés dans chacun de ses objets, et, donc dans le travail qui leur a donné jour.

Le forgeron maitrise le feu qui amollit le métal le plus dur. Il manie avec force et habileté le marteau qui frappe, la pince qui saisit l’objet. Il ajuste son geste à partir de ce qu’il ressent par les coups précédents de la résistance du matériau, de ce qu’il voit de sa couleur, de ce qu’il entend du son qu’il produit. Nous sommes aux antipodes du travail à la chaine : « Bien que cela soit quasiment imperceptible au fil du forgeage, la force, l’amplitude, la vitesse et la torsion varient d’une frappe à l’autre. D’un point de vue externe à l’action, le forgeron peut donner l’impression de reproduire simplement et encore et toujours le même geste. Alors que, pour lui qui est contraint de suivre le matériau et de répondre à ses singularités, frapper avec un marteau est une question d’engagement dans une fluctuation continuelle de variables, et non dans l’extraction de constantes. »1

Ces gestes sont ritualisés. Ils sont accompagnés de paroles, de mélopées qui encouragent, tiennent la cadence, convoquent les esprits contribuant à l’avènement de l’objet forgé.

Le forgeron transforme le magma (« la gueuse ») en objet tranchant, ergonomique, apte à prolonger la main du paysan, du chasseur, du guerrier, du prêtre. Art ou artisanat ? Tout à la fois : l’objet est d’autant plus pratique que chargé de symbolisme, d’autant plus efficace qu’il est esthétique. L’anthropologue américain Alfred Gell parle de « technologies enchantées ».

Les forgerons sont très conscients de la valeur de ce travail : « Plus l’objet est forgé, plus il est imprégné de la force vitale du forgeron. »2 Marx ne dirait pas mieux… Et on peut même passer au pluriel, tant l’activité du forgeron dépend de la contribution de ses assistants et apprentis. L’outil est précieux des efforts de ceux qui l’ont fabriqué, et enrichi encore de ceux qui l’utilisent : une houe usée n’est pas jetée comme l’un de nos vulgaires déchets, même pas « recyclée », mais honorée comme manifestant le courage du jeune paysan, et refondue comme dot pour son mariage.

Pas étonnant qu’une telle activité soit socialement prestigieuse. Là encore, le décalage avec la figure de l’OS de notre monde industriel est vertigineux. Le forgeron est connu, on vient le voir à l’œuvre, on discute du labeur en cours, on admire sa dernière production.

Que faire de cette visite chez les forgerons africains ? Envier le sort de l’artisan au travail dans sa communauté en regard de celui du manœuvre dans son usine, certes, mais c’est un peu court. Je dirais plutôt : chercher à « enchanter » nos technologies, même les plus modernes ; prendre la mesure de ce que chacune de nos activités engage d’un rapport esthétique et symbolique au monde, aux choses, aux autres ; enrichir ces dimensions de notre travail, avec la conviction d’enrichir ainsi notre patrimoine culturel.

Patrice Bride

1 Allen F. Roberts, Introduction, Catalogue de l’exposition (Actes Sud, 2019).

2 Cartel de l’exposition.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Dans le Béarn, des jeunes empêchés de s’installer en maraîchage bio
La communauté de communes de Pau a lancé un projet de « Ceinture verte » : l’installation d’une dizaine de paysannes et paysans par an autour de l’agglomération. Mais six jeunes sont actuellement suspendus au bon vouloir de la Safer, qui privilégie l’agrandissement des fermes existantes.
par Amélie Poinssot
Journal — France
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO