Pokemon Go : les geeks découvrent l'existence du soleil ?

En voulant connecter les gens, ce petit appareil qu'est le téléphone mobile a créé une armée de zombie marcheurs aux coeurs de nos villes...

Je n'aime pas le téléphone portable, même si il a un côté pratique, comme celui d'appeler un serrurier quand on a laissé ses clés à l'intérieur de son appartement ou qu'on a une panne de voiture au beau milieu de nulle part...

Le téléphone mobile a rendu une génération complète absente du monde qui l'entoure, les yeux rivés dans leurs écrans, à faire "refresh" sur facebook ou twitter pour voir si un nouveau message est apparu...
Je suis pourtant de la première vague de cette génération de geeks, ceux qui sont restés cloitrés des jours et des nuits pour finir un bout de programme, c'était les balbutiements de l'informatique... Mais aujourd'hui c'est différent, la jeune génération est focalisée sur des activités inutiles, de la distraction qui la détourne des problèmes de la vie réelle, et qui l'éloigne de la créativité en lui donnant la sensation d'être occupée. Il s'agit bel et bien de créer un monde de consommateurs moutons ou le bouton "acheter" apparait une fois de temps en temps à l'écran, sans que l'on n'achète réellement quelque chose, si ce n'est du pouvoir et du plaisir virtuel.
Pokemon Go cependant a le mérite d'explorer de nouvelles voies d'exploration ludiques, en effet les utilisateurs sortent et découvrent (?) si ils ont la chance de lever la tête, ce qui se trouve près de chez eux ! Il s'agit peut être bien d'une véritable révolution socialo-digitale dont seul nintendo à le secret. Le géant japonais a réussi le pari de mener à la baguette de millions de personnes, ou il le voulait et quand il le voulait...
Paradoxalement une partie de ma génération s'éloigne peu à peu de la technologie (alors que bon nombres d'entres nous travaillent en tant que développeurs, infographiste 3d, web designers, animateurs, voix off pour du motion design...) et retournent vers l'essentiel, la nature, la bonne bouffe autour d'un feu et d'une guitare...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.