patricJEAN
Auteur réalisateur (la Domination masculine, La Raison du plus fort). Dernier livre (ed du Rocher) "La loi des pères" www.patricjean.net
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 avr. 2015

patricJEAN
Auteur réalisateur (la Domination masculine, La Raison du plus fort). Dernier livre (ed du Rocher) "La loi des pères" www.patricjean.net
Abonné·e de Mediapart

"Droits Humains" VS "Droits de l'homme"

patricJEAN
Auteur réalisateur (la Domination masculine, La Raison du plus fort). Dernier livre (ed du Rocher) "La loi des pères" www.patricjean.net
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 1789, des hommes rédigeaient et votaient, en présence du roi, la fameuse "Déclaration des droits de l'homme et du citoyen". Ce texte immédiatement illustré par le peintre Jean-Jacques-François Le Barbier, est devenu un emblème, une icône, un symbole de la République française, et même au-delà.

On a longtemps oublié que ce brouillon (le texte devait encore être amendé après le vote de la constitution puis a été conservé en l'état) oubliait la majeure partie de la société française. En effet, le "corps social" dont il est mention, ne comprend à l'époque ni les femmes, ni les esclaves (l'esclavage n'est pas aboli) qui ne bénéficient pas des droits des citoyens. La déclaration décerne donc des droits aux hommes au sens bien masculin du terme. Les femmes, à ce moment, sont encore des mineures, soumises à l'autorité du père ou du mari.

Or, une fois que les femmes ont acquis, au cours du XXe siècle, les mêmes droits que les hommes, toutes les langues ont adapté l'expression "droits de l'homme" qui sont devenus des "droits humains". L'anglais (Rights of man > Human Rights), le russe, l'allemand, l'espagnol, l'italien, le néerlandais, et même le français du Québec qui choisit l'expression "droits de la personne". La France résista à cette évolution, prétendant que les "hommes" représentent toute l'humanité et feignant d'ignorer l'histoire. Pour ne pas modifier cette habitude, on inventa un H majuscule, grammaticalement erroné et totalement hypocrite puisqu'il n'est pas employé dans les autres expressions où l'homme est censé représenter l'humanité: "l'homme a détruit la planète". On dit d'ailleurs "traite des êtres humains" et non "traite de l'homme", ce qui ne choque personne.

Il s'agit donc bien d'une résistance politique d'un groupe social dominant qui ne désire pas perdre ses privilèges. L'académie française, institution d'ancien régime et traditionnellement très machiste, est la meilleure avocate de ce non progrès et vient à la rescousse des conservateurs de la hiérarchie des sexes. L'image et le texte de 1789 sont devenus "sacrés" selon un mot de l'époque et donc, vérités révélées illustrées sous la forme des tables de la loi, elles deviennent intouchables, non modifiables. Il est assez surprenant de constater qu'à une époque où il est demandé aux tenants des différentes religions (l'une d'entre elles en particulier) d'amender leurs textes sacrés, les déclarations républicaines font l'objet du même conservatisme dogmatique, même s'il sacralise le mépris de la moitié de l'humanité.

Sandrine Mazetier, la vice-présidente de l'Assemblée nationale, a raconté, lors d'une récente cérémonie, comment des députés mettaient un point d'honneur à l'appeler "madame LE président" lorsqu'elle était au perchoir. Une de ses collègues italiennes lui a rapporté qu'il lui arrivait d'être appelée "Monsieur le président"... Corinne Bouchoux, sénatrice, a raconté le même soir comment il lui était impossible d'obtenir une carte du sénat avec la mention "sénatrice" au lieu de "sénateur". Ce qui provoque des scènes cocasses (mais aussi méprisantes) lorsqu'elle est contrôlée par un contrôleur de la SNCF par exemple.

Un amendement a été déposé par plusieurs députées, il y a moins de quinze jours, imposant l'expression "droits humains" au nom de "droits de l'homme" dans la rédaction d'une proposition de loi. Inutile de préciser que l'amendement n'a pas été retenu.

Le mouvement d'hommes pour l'égalité "Zéromacho" a donc adapté le texte original ainsi que l'image qui le porte. Quelques symboles ont été adaptés (la monarchie remplacé par un homme qui tend à la liberté un symbole d'égalité). Une cérémonie à l'Assemblée nationale a lancé cette nouvelle représentation placée sous l'égide du Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes (HCRfh) et sa présidente Danièle Bousquet. Des députées et sénatrices françaises y ont pris la parole, aux côtés de représentant-e-s du Québec et de la Belgique francophone, ou encore de l'historienne Eliane Viennot et de l'actrice Eva Darlan.

Dès aujourd'hui, plus aucune excuse ne nous empêchera de placer notre belle langue dans le concert des langues du monde qui ont validé l'égalité entre les femmes et les hommes. Les droits de l'homme sont morts, vivent les droits humains.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI