Quand on forme les professionnels à ne pas entendre les enfants violés

Une même institution peut-elle former des professionnels qui vont écouter les enfants victimes d'inceste et dans le même temps faire la promotion d'idées issues d'auteurs pro pédophiles? Il semble qu'en France cela soit possible.

Le Syndrome d'Aliénation Parentale est un serpent de mer. Issu d'un auteur américain (R. Gardner) qui vantait les mérites de la pédocriminalité jusque dans les années 80, le concept consiste à affirmer qu'un enfant qui dénonce une agression sexuelle de type incestueux ment probablement et que c'est probablement sa mère qui le pousse à mentir. Ce véritable bouclier pour pères incestueux est encore plaidé devant la justice en France alors qu'il a été banni dans de nombreux pays.

Le manuel du diagnostic des psychiatres américains (DSM) considéré comme la plus grande référence scientifique en la matière, a toujours refusé de considérer ce concept jugé non scientifique pour ne pas dire farfelu. On pourrait croire que ces idées saugrenues copiées de travaux du XIXe siècle soient aujourd'hui inaudibles. Et pourtant...

Une institution qui a plus que pignon sur rue, l'Institut du Droit de la Famille et du Patrimoine (IDFP) organise un Diplôme Universitaire « Auditeur d’enfants, première formation pluridisciplinaire diplômante en France consacrée à l’expression de la parole de l’enfant dans ses différentes modalités (qui) bénéficie du parrainage du Défenseur des enfants." Tout cela semble fort intéressant. On va donc former des professionnels à recueillir la parole des enfants victimes.

Mais on découvre sur le site du même institut qu'il organise aussi un colloque sur le Syndrome d'Aliénation Parentale. Le docteur Paul Bensussan, grand promoteur du SAP, y est invité à prendre la parole. Toutes les questions formulées sur l'invitation portent la marque des défenseurs du Syndrome. On se demande par exemple comment faire le diagnostic de cette "maladie" qui, sur le plan scientifique, n'existe pas...

Ce colloque se déroulera dans les locaux de la Maison du Barreau à Paris. Il sera considéré comme une "formation validée au titre de la formation professionnelle continue" et l'accès sera gratuit pour les élèves avocats qui pourront rentabiliser cet apprentissage dans la défense de pères incestueux...

On imagine donc déjà comment le DU de l'Institut va enseigner à écouter les enfants victimes...

Pour rappel, d'après l'enquête Virage de l'INED, 3% des enfants de France subissent dans le cadre familial, au moins une agression sexuelle, une tentative de viol ou un viol avant la fin de l'adolescence. En moyenne un dans chaque classe. Et si l'on considère les agressions subies en dehors du cercle familial, il faut doubler ce chiffre.

Et donc, pendant ce temps, les enfants souffrent en silence.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.