Des faits: pourquoi les sénateurs mâles sont ils plus favorables à la prostitution?

Cette semaine aura lieu au Sénat, le second vote sur la proposition de loi à propos de l'abolition de la prostitution. L'élément central de la loi, la pénalisation des "clients" appliquée en Suède, Norvège et Islande est au centre de toutes les attentions. Les Sénateurs (contrairement aux député-e-s) voteront contre. Pourquoi?

Comme dans d'autres thématiques, il existe une sociologie de l'opinion à propos de la prostitution. Deux facteurs sont très déterminants: le sexe (et le sexisme) et l'âge. La population sénatoriale est malheureusement très mal constituée sur ces deux points. Les soixante associations abolitionnistes qui demandent la "pénalisation des clients" (essentiellement associations de femmes) relèvent quelques points éclairants.

1. Le facteur sexe et le sexisme

Le sexe des votants

Le 8 juillet 2014 en commission spéciale:

- 75% des sénateur.ice.s ayant voté pour la pénalisation des clients étaient des femmes 

-75% des sénateur.ice.s ayant voté contre étaient des hommes

L'opinion des Français selon leur sexe

Dès 2012, le sondage Harris Interactive[1] « Les français et la prostitution » montraient que

- 59% des femmes sont favorables à la pénalisation des clients de la prostitution

- seuls 32% des hommes y sont favorables.

Les pays abolitionnistes et l'égalité femme homme

Dans son classement mondial sur l’égalité femmes-hommes, publié en octobre 2014, le Forum Economique Mondial indiquait que la Suède, la Norvège et l’Islande, trois premiers pays au monde à avoir dépénalisé les personnes prostituées et pénalisé les clients, faisaient partie des quatre pays au monde les plus avancés en matière d’égalité femmes-hommes. Premier pays à avoir introduit une législation abolitionniste, La Suède comptait, dès 1999, 48% de femmes au Parlement.

2. Le facteur âge

Les jeunes et âgés s'opposent sur la question

Dès 2012, le sondage Harris Interactive « Les français et la prostitution » montraient que 

- 65% des 18-34 ans sont favorables à la sanction des clients de la prostitution.

- 64% des 50-64 ans sont contre la sanction des clients de la prostitution.

L'âge des sénateurs

Or il y a 7 ans d’écart de moyenne d’âge entre les sénateur.ice.s qui ont signé l’amendement de pénalisation des clients de prostitution (des femmes dans 56% des cas) et ceux qui ont signé l’amendement supprimant la pénalisation des clients de la prostitution ( des hommes dans 77%). C'est donc un "vote âgé" que celui qui s'oppose à la pénalisation.

En conclusion

Ce que montrent ces faits (outre la légendaire non représentativité du Sénat et le déficit de démocratie) c'est que les Sénateurs masculins, en s'opposant à la pénalisation des "clients" de la prostitution, défendent un privilège cher aux hommes  et aux personnes plus âgées. Une attitude réactionnaire par excellence...

Et pour se faire une idée de l'opposition farouche à toute discussion sur le sujet, lire cet article sur la manière dont le Sénat a coupé tous les arguments abolitionnistes dans une prise de parole d'un expert en commission.

[1] http://www.harrisinteractive.fr/news/2012/Results_HIFR_Grazia_28062012.pdf

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.