patricJEAN
Auteur réalisateur (la Domination masculine, La Raison du plus fort). Dernier livre (ed du Rocher) "La loi des pères" www.patricjean.net
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 oct. 2015

Des faits: pourquoi les sénateurs mâles sont ils plus favorables à la prostitution?

patricJEAN
Auteur réalisateur (la Domination masculine, La Raison du plus fort). Dernier livre (ed du Rocher) "La loi des pères" www.patricjean.net
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette semaine aura lieu au Sénat, le second vote sur la proposition de loi à propos de l'abolition de la prostitution. L'élément central de la loi, la pénalisation des "clients" appliquée en Suède, Norvège et Islande est au centre de toutes les attentions. Les Sénateurs (contrairement aux député-e-s) voteront contre. Pourquoi?

Comme dans d'autres thématiques, il existe une sociologie de l'opinion à propos de la prostitution. Deux facteurs sont très déterminants: le sexe (et le sexisme) et l'âge. La population sénatoriale est malheureusement très mal constituée sur ces deux points. Les soixante associations abolitionnistes qui demandent la "pénalisation des clients" (essentiellement associations de femmes) relèvent quelques points éclairants.

1. Le facteur sexe et le sexisme

Le sexe des votants

Le 8 juillet 2014 en commission spéciale:

- 75% des sénateur.ice.s ayant voté pour la pénalisation des clients étaient des femmes 

-75% des sénateur.ice.s ayant voté contre étaient des hommes

L'opinion des Français selon leur sexe

Dès 2012, le sondage Harris Interactive[1] « Les français et la prostitution » montraient que

- 59% des femmes sont favorables à la pénalisation des clients de la prostitution

- seuls 32% des hommes y sont favorables.

Les pays abolitionnistes et l'égalité femme homme

Dans son classement mondial sur l’égalité femmes-hommes, publié en octobre 2014, le Forum Economique Mondial indiquait que la Suède, la Norvège et l’Islande, trois premiers pays au monde à avoir dépénalisé les personnes prostituées et pénalisé les clients, faisaient partie des quatre pays au monde les plus avancés en matière d’égalité femmes-hommes. Premier pays à avoir introduit une législation abolitionniste, La Suède comptait, dès 1999, 48% de femmes au Parlement.

2. Le facteur âge

Les jeunes et âgés s'opposent sur la question

Dès 2012, le sondage Harris Interactive « Les français et la prostitution » montraient que 

- 65% des 18-34 ans sont favorables à la sanction des clients de la prostitution.

- 64% des 50-64 ans sont contre la sanction des clients de la prostitution.

L'âge des sénateurs

Or il y a 7 ans d’écart de moyenne d’âge entre les sénateur.ice.s qui ont signé l’amendement de pénalisation des clients de prostitution (des femmes dans 56% des cas) et ceux qui ont signé l’amendement supprimant la pénalisation des clients de la prostitution ( des hommes dans 77%). C'est donc un "vote âgé" que celui qui s'oppose à la pénalisation.

En conclusion

Ce que montrent ces faits (outre la légendaire non représentativité du Sénat et le déficit de démocratie) c'est que les Sénateurs masculins, en s'opposant à la pénalisation des "clients" de la prostitution, défendent un privilège cher aux hommes  et aux personnes plus âgées. Une attitude réactionnaire par excellence...

Et pour se faire une idée de l'opposition farouche à toute discussion sur le sujet, lire cet article sur la manière dont le Sénat a coupé tous les arguments abolitionnistes dans une prise de parole d'un expert en commission.

[1] http://www.harrisinteractive.fr/news/2012/Results_HIFR_Grazia_28062012.pdf

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
« La harraga ne s’arrêtera jamais » : un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica