patricJEAN
Auteur réalisateur (la Domination masculine, La Raison du plus fort). Dernier livre (ed du Rocher) "La loi des pères" www.patricjean.net
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 avr. 2017

L'épidémiologie choisit rationnellement le vote de gauche

Face aux urnes, une analyse statistique invisible dans les médias nous donne une clef d'analyse rationnelle qui conduit à choisir un programme de gauche. Il est possible de réfléchir sur une base empirique avant de voter pour un candidat au premier tour. Deux épidémiologistes anglais nous en donnent les moyens.

patricJEAN
Auteur réalisateur (la Domination masculine, La Raison du plus fort). Dernier livre (ed du Rocher) "La loi des pères" www.patricjean.net
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Contrairement au discours tenu par tous les candidats à l'élection présidentielle, le choix d'un président de la République n'est pas tout. Le pouvoir exécutif est très relatif dans un système où les macro et micro pouvoirs sont intimement tissés, depuis l'appareil d'état (qui échappe souvent aux élus) jusqu'aux institutions en passant par les puissances économiques qui pèsent de tout leur poids.

Un choix binaire s'offre donc à l'électeur: ne pas voter (en tenant pour secondaire ce qui est avant tout un spectacle télévisuel) ou donner son suffrage à un candidat choisi parmi une liste fermée, en espérant qu'il pourra tirer le système dans un sens ou un autre, même a minima, s'il est élu.

Pour les décomplexés de l'économie libérale, leur espoir est grand car un président de droite n'aurait qu'à inscrire ses décisions dans le flot d'un courant ultra dominant dans le rapport de force: transnationales, grands et petits patrons (et leurs syndicats), mais aussi une bonne partie des catégories intermédiaires ++ et supérieures ("pas d'autre politique possible") et qui n'espèrent qu'un statu quo leur permettant de conserver une qualité de vie pas si mauvaise qu'on le dit.

En revanche, le choix d'un ou une candidat.e promettant de modifier profondément les règles (sociales, économiques, financières, frontalières, etc) est plus délicat car, puisqu'il ou elle irait à contre courant d'un mouvement dominant, il ou elle verrait ses promesses s'émousser rapidement dans un rapport de force souvent nié durant les élections. N'oublions pas de quelle manière les pouvoirs exécutifs progressistes démocratiquement élus ont été balayés en Espagne (la République), au Portugal, au Chili, au Paragay, en Grèce et la liste est très longue. Les tenants d'une économie ultra libérale sont aujourd'hui les plus puissants, leurs instruments de pression sont nombreux et il y a fort à parier qu'ils en feront usage si la situation se présentait.

Deux épidémiologistes anglais dont les travaux (1) font référence nous donnent une piste de réflexion rationnelle.

Wilkinson et Pickett ont en effet comparé 40 états les plus riches de l'OCDE, puis les 50 états des USA. Ils ont mis en évidence une relation statistique extrêmement forte entre les inégalités de revenus (en comparant les 10% les plus riches et les plus pauvres de chaque état) et une longue liste de problèmes offrant un gradient social. A savoir ceux qui se posent proportionnellement plus, mais pas uniquement, dans les catégories plus défavorisées. Le cancer du sein ne présente pas de gradient social mais bien l'obésité, même s'il existe bon nombre de riches obèses.

Mais ce que démontrent empiriquement les deux chercheurs, c'est qu'il existe par exemple un lien statistique fort entre le chiffre de l'obésité et celui de l'inégalité des revenus, non seulement chez les plus pauvres mais aussi chez les plus riches ! Plus l'inégalité de revenus est importante (Etats-Unis) et plus le nombre relatif d'obèses sera élevé, même chez les plus fortunés. Et cette analyse se vérifie avec une longue liste de problèmes sanitaires (espérance de vie, mortalité infantile, problèmes cardiaques...), les taux d'homicides, celui des adolescentes enceintes, la performance du système éducatif,  la violence et l'incarcération, la santé mentale et les consommations de drogue, la mobilité sociale et même de les actions en faveur de l'environnement et le soutien au développement.

Ce que démontrent Wilkinson et Pickett, c'est que, même pour les riches, il vaut mieux vivre dans une société plus égalitaire en termes de revenus et que toute variation de ce seul paramètre met en mouvement une mécanique sociale invisible qui modifie les niveaux de nombreuses problématiques qu'il est inutile de traiter indépendamment. Ils démontrent par exemple que, dans nos pays riches, les dépenses de santé (très élevées aux Etats-Unis) et l'espérance de vie ne sont pas corrélés alors qu'il existe une corrélation très forte entre l'in-égalité de revenus et espérance de vie. De même, tout point de réduction des inégalités de revenus fait varier à la hausse le niveau d'éducation, pour les riches comme pour les pauvres, ce qui est contrintuitif.

Ici l'exemple de l'incidence de la disparité de revenus entre deux états pourtant parmi les inégalitaires mais dont la variation d'inégalité fait varier les différences sanitaires dans toutes les classes sociales.

Les chercheurs insistent sur le fait qu'il ne s'agit pas de moyennes. L'amélioration de la santé ou de l'éducation est mesurable pour tous, dès que l'on réduit les inégalités de revenus. Même si la mesure est évidemment plus flagrante pour les plus pauvres. Plus étonnant encore, les chiffres font apparaitre que c'est dans les pays (et les états américains) les plus égalitaires et non les plus riches que le nombre de brevets déposés par habitant est le plus important et que l'environnement est traité avec le plus de respect.

Ils mettent aussi en évidence que le moyen pour réduire ces inégalités de revenus compte peu: augmentation des bas salaires, diminution des hauts revenus, redistribution par un système social ou les trois. Ce qui importe, c'est le coefficient entre les revenus. Si les Etats-Unis (pays riche le plus inégalitaire) réduisaient leur inégalité de revenus au niveau de la Norvège (parmi les plus égalitaires) le nombre de détenus diminuerait de trois quarts, l'espérance de vie s'allongerait de cinq ans en travaillant l'équivalent de deux mois en moins par an, le nombre d'obèses serait divisé par dix ainsi que celui des morts par balle. Ils verraient littéralement exploser le nombre des brevets déposés sur leur sol...

Ce qu'il faut, cette semaine, retenir de ces analyses statistiques, c'est qu'elles vont empiriquement exactement à l'encontre de la théorie du ruissellement prônée par les libéraux.

Plus vous permettez au plus riches de s'enrichir (en supprimant l'ISF par ex) plus vous aggravez les problèmes sociaux, sanitaires, environnementaux, judiciaires même dans les cas où il est extrêmement difficile de l'expliquer. En revanche, plus vous réduisez les inégalités de revenus, même de façon arbitraire, plus vous réduisez toutes les problématiques dont la liste est trop longue pour être ici mentionnées.

A lire les programmes, on se rend rapidement compte que les partis du centre et de droite défendent des programmes qui n'entrent pas en résonance avec ces connaissances. Ils vont donc, s'ils les appliquent, aggraver les problèmes en question.

(1) Wilkinson R. et Pickett K., The spirit level, traduction française parue aux éditions Les Petits Matins.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico
Journal
Avec Roberta Metsola à la tête du Parlement, la droite se rapproche du « Grand Chelem » à Bruxelles
Malgré ses positions anti-IVG, la conservatrice maltaise a été élue mardi avec une large majorité – et les voix des eurodéputés LREM - à la présidence du Parlement européen. La droite dirige désormais presque toutes les institutions de premier plan au sein de l’UE.
par Ludovic Lamant
Journal
Après un mois de débats, l’Autriche se dirige vers l’obligation vaccinale
Le Parlement, qui a reçu 110 000 contributions citoyennes, a commencé lundi l’examen du projet de loi introduisant la vaccination obligatoire générale. Le texte devrait être voté dans la semaine et entrer en vigueur en février, malgré les nombreuses réserves qu’il suscite. 
par Vianey Lorin

La sélection du Club

Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre