Un tonnerre d'applaudissement...

Ces quelques lignes que j'ai reçues sont signées par Claude Rizzo, partie civile et spectateur assidu des audiences au Palais de justice de Paris pendant le procès France Télécom. Elles ont sans doute été publiées ailleurs, mais je les relaie car elles révèlent des moments "suspendus" dans ce procès, comme ce 4 juillet, date des plaidoiries des parties civiles.

« Événement inhabituel arrivé ce jour, 4 juillet 2019. (si fort que je l'ai parfaitement mémorisé).  »

« Vint le temps de la pause-repas. Mais le public et les parties civiles sont revenus très tôt dans le Tribunal car beaucoup de monde était attendu et chacun essayait de récupérer une place... Alors que les bancs des parties civiles étaient déjà aux trois-quarts pleins, les deux avocats de SUD, Maître Jean-Paul Teissonnière et Maître Sylvie Topaloff commençaient à se préparer, un peu comme un champion de boxe prenant possession du ring, observent la salle, le public, prennent le pouls etc...   »

« Maître Sylvie Topaloff était inquiète car elle avait perdu son sac à main et le cherchait partout dans la salle comme un monstre évadé de l'espace. On aurait dit qu'elle faisait un travail de démineur dans le Tribunal ! Mais ouf ! Plus de peur que de mal, on apprend par la Police que son sac à main a été mis à l'abri par Mme la Greffière !  »

« Et puis, je ne sais pas trop ce qu'il s'est passé, Maître Sylvie Topaloff est passée vers nos bancs des Parties Civiles et elle a été "harponnée" par la Victime Samira G., une dame très gentille qui a beaucoup subi dans France-Télécom (elle vit aujourd'hui en fauteuil roulant), et qui a commencé à lui adresser de vifs encouragements très-chaleureux, très-spontanés comme on sait le faire au Moyen-Orient... Et Samira G. s'est subitement mise à l'applaudir ! Puis après une courte pause de 3 secondes, elle recommence à applaudir l'avocate de SUD très-fortement...  »

« Et je ne sais pas pourquoi, j'ai eu une impulsion : j'ai été le second à l'applaudir et très-fortement ! Et puis l'incroyable s'est produit : tous les bancs des Parties Civiles et une bonne partie des bancs du public se sont tous mis à applaudir Maître Sylvie Topaloff avec une immense joie, un très-vif entrain, une totale ferveur ! La vitesse à laquelle la traînée d’applaudissements s’était propagée était incroyable ! »

« Je puis affirmer sans aucune réserve qu'il s'agit de la première fois qu'une telle manifestation d'une si grande ampleur, d'une si grande sympathie et d'une si grande joie se produit durant ce procès, où je participe à chaque séance depuis le 13 mai 2019. Maître Sylvie Topaloff, comme l'on peut l'imaginer en a été à la fois stupéfaite - comme nous - , honorée et vivement émue ! Mais nous tous aussi étions vraiment émus ! Ces encouragements, qui n'avaient rien de "téléphoné", sont sortis de notre cœur à tous, du fond de notre âme et du tréfonds de nos tripes. Ainsi que tout l'espoir que nous plaçons dans ce petit bout de femme dont nous avions pu déjà constater un supplément d'âme lors de plusieurs journées d'audience précédentes ! »

« Même les avocats de la partie adverse (des prévenus) dont quelques uns étaient déjà présents dans l'enceinte de ce Tribunal ne s'y sont pas trompés, ainsi que Monsieur Didier Lombard, présent lui aussi, qui en est resté baba... Ils ont compris à cet instant précis, en ce 4 juillet 2019 vers 14H35 pour qui et de quel côté battait le cœur du petit peuple de France... Et de France-Télécom...  »

« Plus incroyable encore, l'époux de Maître Sylvie Topaloff était présent pour la première fois dans ce Tribunal, puisqu'il s'agit du célèbre Monsieur Alain Finkielkraut, arrivé très discrètement quelques minutes auparavant dans ce Tribunal... S'est-il demandé si c'était toujours ainsi que son épouse était accueillie dans ce Tribunal, par une telle haie d'honneur au milieu de ce tonnerre d'applaudissements ? »

« Et puis, après cet événement incroyable, l'audience reprend enfin à 14H45. Il y avait un monde fou (aucune place de libre), nous étions serrés comme des sardines et quelle chaleur ! »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.