Communiqué Fédération SUD PTT

Moati s’invite au Tribunal de Paris avec son film sur France Télécom.

Paris, le, 19 juin 2019, 

Ce vendredi 21 juin, le film de Serge Moati sur la crise de France Télécom va être diffusé dans la salle d’audience où se déroule le procès de France Télécom et de ses dirigeants de l’époque pendant la « spirale des suicides » entre 2007 et 2010.

A l’été 2019, Serge Moati est contacté par le service de communication de France Télécom pour une commande de documentaire d’entreprise, sans doute à vocation interne : « faire découvrir le groupe dans le monde de la communication de demain, en quelque sorte la carte de visite d'Orange 2011 ». Il devait être aussi l’occasion de célébrer la vision du Pdg Didier Lombard qui devait terminé son mandat. Celui-ci avait, rappelons-le, été récompensé au Théâtre Marigny, en recevant des mains d'Éric Woerth le grand prix du manager BFM. Quelle clairvoyance !

Vu la crise sociale de France Télécom, il est clair que ce projet ne pouvait être maintenu en l’état. Serge Moati s’engage dans un nouveau projet, faire un documentaire sur la « construction du nouveau France Télécom » qui devait être présenté à l’assemblée générale des actionnaires.

Des centaines d’heures de rushes, avec des interviews du COMEX d’Orange, de syndicalistes, de cadres, de salariées… auraient débouché sur une première version de 3 heures, présentée à la direction de l’entreprise… qui décidera de mettre le projet aux oubliettes. C’est du moins la version officieuse.

Dix ans après, une interview de Stéphane Richard extraite du film circule sur internet en plein procès Lombard. Puis, un avocat des parties civiles annonce qu’il a reçu le film remanié (1h30) de Serge Moati et demande sa projection à l’audience…

Ce film est en soi un évènement, dans le cadre d’un procès, il deviendra sans nul doute un véritable plaidoyer « d’art et d’essai » !

Projection vendredi 21 juin à 10h salle d’audience 2.01.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.