Google fait pression sur la presse

Lors d’une réunion avec les dirigeants de Forbes, des représentants de Google expliquent que ce bouton sera important pour le référencement des articles dans son moteur de recherche. La journaliste écrit alors un article expliquant que les sites n’ajoutant pas le bouton « +1 » seront punis dans le ranking de Google.

http://www.20minutes.fr/high-tech/2125363-20170901-be-evil-google-accuse-abuser-pouvoir-faire-taire-critiques

Un article retiré par Forbes

La journaliste de Gizmodo Kashmir Hill accuse Google d’avoir fait pression sur Forbes, en 2011, pour faire retirer un article critique. Hill raconte qu’à l’époque du réseau social Google Plus, l’entreprise tentait de convaincre de nombreux médias d’ajouter un bouton « +1 » à côté du « like » de Facebook. Lors d’une réunion avec les dirigeants de Forbes, des représentants de Google expliquent que ce bouton sera important pour le référencement des articles dans son moteur de recherche. La journaliste écrit alors un article expliquant que les sites n’ajoutant pas le bouton « +1 » seront punis dans le ranking de Google.

Le coup de fil ne se fait pas attendre. Google lui demande de dépublier l’article, prétextant que les informations de la réunion étaient confidentielles. Hill affirme qu’elle s’était pourtant identifiée comme une journaliste et n’avait pas signé d’accord de confidentialité (NDA). Google téléphone alors à ses supérieurs, expliquant que l’article est « problématique ». « Mes chefs ont fait pression sur moi et j’ai accepté de le retirer – une décision que je regretterai pour toujours », conclut la journaliste.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.