Patrick Cahez

Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris

Sa biographie
Inspecteur à la DST puis à la PJ financière, mis à la retraite pour invalidité.
Son blog
413 abonnés L'Europe sociale des droits de l'Homme
Ses éditions
1 / 2
Voir tous
  • Qu’est-ce qu’un attentat terroriste ?

    Par
    L’attentat du Drakkar à Beyrouth ou celui du Bataclan à Paris avec le meurtre de l’adjointe administrative de Rambouillet, très différents, ont en commune la qualification pénale : un attentat terroriste. La couverture et l'instrumentalisation du drame excluent des questions de fond qui interrogent sur l'impasse où conduisent les réformes en matière de sécurité et de droits sociaux.
  • Et si on se servait de cette élection présidentielle pour qu'elle soit la dernière ?

    Par
    Les derniers quinquennats ont démontré l'inutilité et la nocuité grandissantes de la fonction présidentielle pour la République et le bien-être général, qui est le but d'une société démocratique moderne. Une alternative serait de ne pas voter ou qu'un candidat propose de soumettre à référendum le projet d'une nouvelle constituante supprimant la fonction présidentielle, notamment.
  • Eric Zemmour démontre la nullité de la chronique politique en France

    Par
    La presse affirme partout et reprend en choeur que Zemmour obtiendrait 13% des voix, mais ne s'étonne pas de ce score alors qu'il n'a aucun programme. C'est démontrer que les Français votent pour n'importe qui et n'importe quoi, du moment que la presse le dit. Pour preuve, l'élection d'Emmanuel Macron qui affirmait que le programme n'est pas important. Son bilan désastreux démontre le contraire.
  • Il n'y a pas de fatalité à la mondialisation

    Par
    La démonstration vient de Nouvelle-Calédonie et elle est administrée par les Kanaks.
  • Pourquoi ne pas le dire, la majorité aime le fascisme. Est-elle seule ?

    Par
    Les lecteurs critiquent la pratique fasciste du pouvoir en France. Ils alertent sur l'incompatibilité culturelle du particularisme politique français autoritaire avec la démocratie et la conséquence du défaut d'enseignement de ce qu'est une société démocratique moderne dans les grandes écoles. D'autre part, la presse réduit les élections à un tiercé et cette médiocrité hypothèque la démocratie.
Voir tous