Voir tous
  • GM&S démontre que le problème n'est pas le code du travail

    Par Patrick Cahez
    Les ouvriers de GM&S sont le jouet des investisseurs. Ce n'est pas le code du travail qui pose problème mais le déséquilibre des rapports sociaux qu'illustre le drame des ouvriers creusois et auquel le pouvoir devrait s'atteler en priorité plutôt que de prendre des ordonnances et faire de la régression sociale. GM&S montre que l'Etat sauve le capital de Peugeot mais pas les emplois.
  • Mélenchon doit rassembler et non diviser la gauche

    Par Patrick Cahez
    Le premier tour de l'élection présidentielle a désigné Jean-Luc Mélenchon comme leader de la gauche. Cela lui confère la responsabilité politique de la rassembler et non d'entretenir une division. C'est aussi une responsabilité collective qui n'a pas été saisie lors du premier tour des présidentielles. Les législatives offrent une nouvelle opportunité. Sera-t-elle encore gaspillée ?
  • Médiapart cautionne-t-il la violation des droits de l'Homme que propose Macron ?

    Par Patrick Cahez
    Médiapart prend une grande responsabilité dans la politique des cinq prochaines années à inviter Emmanuel Macron. Elle est d'autant plus grande si le journal omet de placer le candidat face aux violations du droit fondamental qu'il s'apprête à commettre contre le Code du travail. Les droits sociaux sont des droits de l'Homme, socle de la démocratie. Ce qui se dira ce soir, c'est pour cinq ans !
  • Le Pen au 2° tour de la présidentielle est le bilan du quinquennat Hollande

    Par Patrick Cahez
    Le même qui appelle à résister au FN l'invite à l'Elysée et aux cérémonies officielles. De qui se moque-t-il ? Le débat oublie l'essentiel : Le Pen au 2° tour de la présidentielle est le bilan du quinquennat Hollande. L'incarnation logique et prévisible de la politique menée ces cinq dernières années au mépris de l'opinion (voir la répression lors des manifestations).
  • L'échec du modèle libéral de concurrence libre et non faussée dans les télécoms

    Par Patrick Cahez
    Peu commenté, l'augmentation des plaintes des utilisateurs des télécommunications signale surtout l'échec politique de ceux qui promeuvent un modèle dérégulé et continuent à le promouvoir malgré l'évidence et la sinistralité humaine, sociale et environnementale qu'il provoque.