Patrick Cahez

Ligue des droits de L'Homme et Amnesty international Bruxelles, MRAP Dunkerque, SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris

Sa biographie
Inspecteur à la DST puis à la PJ financière, mis à la retraite pour invalidité.
Son blog
234 abonnés L'Europe sociale des droits de l'Homme
Ses éditions
Voir tous
  • L'union sacrée des conservateurs soutient un président qui ne doute pas

    Par
    Un concert de conservateurs pour louanger un président qui ne pas fait pas grand chose - ou pratiquement rien - pour résoudre la contestation. Ce même cartel menace la population de lui faire porter la responsabilité d'une dérive qui a pourtant sa source dans l'intransigeance d'un pouvoir arcbouté sur le défense des privilégiés.
  • 8 décembre 2018 : l'Etat en rupture pour sauver un pouvoir personnel

    Par
    Le 8 décembre n'est pas le rétablissement de l'Etat de droit mais l'affirmation de l'ordre sur la justice. C'est la faillite d'un pouvoir devant mobiliser ses forces contre le mécontentement majoritaire de la population, parce que ce pouvoir persiste à penser qu'il peut manquer aux buts de sa fonction, celle de garantir le bien-être général, lequel légitime l'autorité dans une démocratie moderne
  • Les raisons de la colère ?

    Par
    La politique d'Emmanuel Macron et le chaos économique qu'il organise au mépris des droits sociaux et du bien-être général renvoient confusément à la littérature américaine de la "grande dépression", notamment, qui paraît proposer une grille de lecture et d'analyse sur les causes des derniers évènements.
  • Macron aux Gilets Jaunes : vers des Etats généraux et une Constituante ?

    Par
    En proposant des réunions au niveau des régions et des départements pour recueillir les "doléances", Emmanuel Macron paraît relancer la procédure des Etats généraux à l'origine de la Constituante, mettant fin à l'Ancien régime. Emmanuel Macron offre ainsi l'opportunité d'un débat sur la sixième république. Reste au "Tiers Etat" à s'y préparer efficacement pour l'imposer.
  • Yémen : responsabilité internationale des pays producteurs d'armes

    Par
    Trump comme Macron ne remettent pas en cause les contrats de vente d'armes à l'Arabie saoudite malgré le drame humanitaire et les crimes de guerre au Yémen et le mépris pour les doits de l'Homme (assassinat du journaliste Khasoggi, torture des femmes défendant leurs droits). Les Usa et la Francé notamment, se rendent complices de ces crimes par fourniture de moyens.