Wellington (NZ) refuse l'invasion des néolibéraux qui fuient leurs responsabilités

Le Financial Times rapporte que la Nouvelle Zélande subit une invasion de super riches qui, pour se protéger des risques de révoltes que génère la montée des inégalités, achètent des propriétés pour se mettre à l'abri. Le pays vient d'interdire l'acquisition de biens immobilier par les étrangers pour arrêter cette invasion de riches irresponsables.

https://www.ft.com/topics/places/New_Zealand

Wellington est la capitale de la Nouvelle-Zélande

 

Autres références :

 

Dans la rubrique "Coupures de presse" du Monde diplomatique de septembre 2018 p.2

Privés de refuge

La Nouvelle-Zélande vient d’interdire aux étrangers d’acheter des propriétés résidentielles, en riposte à l’invasion des super-riches à la recherche d’un abri sûr :

L’an passé, le gouvernement néo-zélandais avait accordé la citoyenneté à Peter Thiel, cofondateur de PayPal et partisan de M. Donald Trump, à l’issue d’une procédure dérogatoire au droit commun. (...) En 2015, à Davos, le directeur de l’Institute for New Economic Thinking, Robert A. Johnson, avait admis publiquement connaître partout dans le monde des gestionnaires de fonds spéculatifs qui « achètent des pistes d’atterrissage et des fermes dans des endroits comme la Nouvelle-Zélande », car ils estiment avoir besoin d’un refuge au cas où la montée des inégalités provoquerait une révolte. - « New Zealand bans foreigners from buying homes », Financial Times, 15 août.

 

Daily Mirror - Londres | Courrier international

Panicked super rich buying boltholes with private airstrips to escape if poor rise up

Hedge fund managers are buying up remote ranches and land in places like New Zealand to flee to in event of wide-spread civil unrest

 

Est-ce La Possibilité d'une île, lauréat du prix Interallié ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.