Ethique ordolibérale ? Une Allemagne plus solidaire des nazis que des Grecs

Réveil tardif des autorités françaises à s'émouvoir de ceux qui ont servi la cause nazie et traversé sereinement les soixante dix années depuis la guerre. Etonnante indulgence et générosité financières de l'Allemagne pour des nazis quand alors qu'elle dénonce les grecs "coupables" de ce qui leur arrive et refuse de les aider. Comment s'étonner du succès de l'extrême droite en Europe ?

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/04/l-allemagne-continue-d-indemniser-d-anciens-waffen-ss-francais_5471074_3210.html

L’Allemagne continue d’indemniser d’anciens Waffen-SS français Par Thomas Wieder et Marie-Béatrice Baudet

L’Allemagne verse des indemnités à 1 450 soldats ou auxiliaires du régime nazi blessés entre 1939 et 1945 et vivant ailleurs en Europe. Fin mars, la France a appris que quatre Waffen-SS faisaient partie des 54 bénéficiaires résidant alors sur son sol. Elle demande des « explications précises » à son voisin.

Ce scandale relativise la rigueur du discours d'Angela Merkel et Wolfgang Schäuble opposé aux Grecs lors de la crise au motif du sens polysémique de Schuld et schuldig en allemand de culpabilité ou de dette. Au mépris du respect de la dignité des Grecs : La grande régression la Grèce et l'avenir de l'Europe.

Ce mépris du respect de la dignité humaine interroge. Chantal Mouffe a conceptualisé le "populisme de gauche"et met en cause la vision néolibérale d'une démocratie sans affect.

L'Allemagne ne s'est jamais sérieusement débarrassée de ses nazis (comme la France ne s'est pas sérieusement débarrassée des vichystes, ni l'Italie des fascistes) et la rhétorique fascisante de l'héroïsme, de l'honneur et du sacrifice revient dans le discours.

Le procureur Fritz Bauer, qui finira pas se suicider, s'est heurté à l'opposition et l'inertie institutionnelle allemande dans ses enquêtes à poursuivre et faire condamner les nazis.

La pensée ordolibérale n'est pas imperméable au nazisme .

Un des patrons du patronat allemand était un colonel SS.

Un chancelier allemand avait été membre du parti nazi de 1933 à 1945 et occupé un poste important dans l'organisation nazie.

La facilité du recyclage institutionnel des nazis interroge sur le caractère fortuit du succès politique de l'AFD. Lire Récidive 1938 de Michaël Floessel.

Prétendre s'étonner d'une montée de l'extrême-droite en Europe est oublier l'histoire.

L'Allemagne a recruté des SS dans toute l'Europe. Les volontaires français ont composé une division. Des SS français sont parmi les derniers défenseurs du bunker d'Hitler à Berlin.

La SS, dont fait partie la waffen SS, le parti nazi et la gestapo (le SD) ont été jugés et condamnés comme étant des organisations criminelles par le tribunal de Nüremberg.

L'Allemagne a adopté une " loi d'indemnisation des victimes de guerres " en 1951 dont le scandale que dénonce le Monde montre que des nazis, notamment des SS, en ont bénéficié et continuent, pour les survivants, d'en bénéficier. Certains prenant leur retraite en France.

Verser une pension à des criminels de guerre au motif d'une loi d'indemnisation des victimes de guerre illustre le mépris libéral du droit.

Le scandale qui émeut aujourd'hui le Monde a été révélé il y a plusieurs mois en Belgique. 

RTBF 19 février 2019 : Pensions du régime nazi touchées par des Belges: les députés réclament la clarté

  • 75 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, 27 Belges touchent encore une pension complémentaire allemande. Ce droit à la pension complémentaire avait été garanti par Adolf Hitler en 1941 afin de récompenser ces Belges pour leur loyauté à l'Allemagne nazie. Depuis, l'Allemagne n'est jamais revenue sur cette promesse. Cette pension est défiscalisée.
  • Les 27 Belges sont connus de l'Ambassade d'Allemagne, à Bruxelles. Mais, leurs noms ne sont toujours pas transmis à l'Etat belge. Par conséquent, ils n'ont jamais été taxés.

Cette mansuétude budgétaire allemande n'est peut être pas sans incidence sur la politique en Europe et en France :

Le succès d'une convergence néolibérale et fascistoïde s'observe ailleurs qu'en Belgique.

Des SS français ont connu le succès après guerre dans les médias comme Christian de La Mazière

Des personnalités politiques françaises de toutes origines ont été SS : Jacques Doriot ("populiste" de gauche ?), Joseph Darnand ("populiste" de droite ?) ; d'autres ont fait carrière dans la politique après la guerre Pierre Bousquet....

Au-delà de la SS, Pierre Laval a incarné le populisme radical, Marcel Déat le populisme socialiste, René Bousquet le populisme opportuniste de la haute fonction publique. Un tel enracinement populiste dans la politique française modère l'affirmation selon laquelle  «La parenthèse du populisme de gauche (serait) en train de se refermer»

Ce tour d'horizon montre l'étendue du phénomène nazi.

Son importance interroge d'ailleurs sur la pertinence de parler de "néonazi" - qui sous-entend l'extinction du mouvement d'origine (ce qui n'est pas le cas) - compte-tenu de la mansuétude budgétaire et politique portée aux nazis jusqu'aujourd'hui.

Quid de l'efficacité de la dénazification quand les Alliés se disputaient la récupération des cadres nazis (opération paperclip (USA) ; Opérations parallèles à l'Est, en Europe, en Argentine ).

Cette histoire de "retraités" SS interpelle sur la politique d'une Allemagne qui préfère être financièrement solidaire de vieux nazis criminels de guerre que de l'économie européenne et notamment des Grecs.

L'intransigeance allemande a provoqué des drames, une régression sociale et favorisé le succès du mouvement nazi " Aube doré ".

Le fascisme nazisme n'est pas une fatalité. C'est une mentalité, un calcul. Un algorithme ?

 

Prolonger :

France culture : Pourquoi l’Allemagne verse-t-elle encore des pensions à d’anciens SS ?

Tandis que débutent aujourd’hui les commémorations du 75è anniversaire du débarquement, la France demande des explications à l’Allemagne sur des pensions versées par Berlin à des Français ayant collaboré avec le régime nazi.

Le Figaro : Un ancien SS français continue de toucher une pension allemande controversée

(Le Figaro ne paraît pas savoir compter plus loin que un quand il s'agit de nazis - lire les chiffres que donnent SUD Ouest ou le Nouvel Obs infra)

Cette affaire concerne environ 2 000 personnes dans le monde, en vertu d’une loi allemande de 1951 qui permet aux victimes de guerre allemandes de toucher une retraite complémentaire.

En Europe, 1 532 personnes perçoivent la pension, dont 573 personnes dans la seule Pologne, le pays le plus représenté. Suivent la Slovénie (184), l’Autriche (101), la République tchèque (94). Quelque 54 personnes la perçoivent en France, 34 en Grande-Bretagne, 71 en Croatie ou 48 en Hongrie. On trouve aussi des bénéficiaires en Afrique. Ils sont 13 au total, dont 9 en Afrique du Sud et 4 en Namibie. Les États-Unis comptent sur leur sol 250 personnes concernées par cette prime contre 121 au Canada, 18 au Brésil et 8 en Argentine. En tout, 409 personnes disposent de cette prestation sur le continent américain. L’Asie compte une trentaine de bénéficiaires, dont 12 en Thaïlande. Enfin, 44 personnes la touchent en Australie

Nouvel Obs : L’Allemagne continue d’indemniser d’anciens Waffen-SS résidants en France

En France, 54 personnes bénéficient d’une pension liée au régime nazi. Parmi elles, quatre anciens Waffen-SS, les troupes les plus fanatiques du régime d’Adolf Hitler.

Sud Ouest : Pensions du régime nazi : quatre ex-Waffen SS touchent des indemnités en France

Le Monde : Les crimes oubliés de la Wehrmacht

"L'honneur de l'ancienne armée allemande n'a pas été entamé,déclara le chancelier Adenauer au Bundestag en 1951. Il faut mettre une fois pour toutes un point final au chapitre de la culpabilité collective des militaires au côté des activistes et des profiteurs du régime national-socialiste." Bien que les historiens aient, depuis les années 1960, corrigé cette vision faussée de l'histoire, il a fallu attendre les années 1990 pour que leurs recherches ébranlent les certitudes ancrées dans l'opinion publique. Le choc provoqué en 1995 par l'exposition sur "Les crimes de guerre de la Wehrmacht" organisée par l'Institut de recherches sociales de Hambourg fut le signe de ce retour du refoulé. 

La vie des idées : Les crimes de guerre de la Wehrmacht en Italie

Crimes de guerre de la Wehrmacht - Wikipédia

Le Monde : Carl Schmitt, Jünger, Heidegger : le nazisme des intellectuels

Carte blanche. Pour le philosophe et écrivain Jean-Pierre Faye, soixante-dix ans après, il faut enfin admettre que ce sont trois grands esprits philosophiques qui ont fait le lit d'Hitler.

En Attendant Nadeau : Heidegger contre Heidegger par Georges-Arthur Goldschmidt 23 octobre 2018

Et si Heidegger avait empêché Heidegger ? C’est ce que semblent montrer les « Cahiers noirs », dont Nicolas Weill fait l’analyse subtile et précise. Heidegger, à force de ressentiment, a très vite, dès Sein und Zeit, encombré sa pensée d’obstacles insurmontables issus d’elle-même, comme une maladie qui se prendrait pour sa guérison. Les Cahiers noirs sont peut-être les écrits qui mènent vraiment au cœur de sa pensée : le monde occidental livré à une pensée purement calculante et utilitaire a barré, dans ses fondements mêmes, l’accès à ce stade originel de l’Être voilé et obstrué, comme il le dit et le redit, par la métaphysique juive. (a/s Nicolas Weill, Heidegger et les « Cahiers noirs ». Mystique du ressentiment. CNRS éditions, 208 p., 23 €)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.