Réforme de la sécurité sociale : possibilité de baisser les retraites

Au 1er janvier 2018, ce ne sera plus aux entreprises et aux salariés de payer l’assurance chômage mais à l’Etat, via la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG). Quelles seront les conséquences de cette nationalisation de notre système de protection sociale (qui va permettre de baisser le montant des retraites).

https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/protection-sociale-le-grand-chambardement

C’est une réforme qui ne dit pas son nom : celle de la protection sociale à laquelle s’est attelé le gouvernement. Vaste chantier : il s’agit de repenser la logique globale du système hérité de la Libération. Sans pour autant donner l’impression qu’une telle refonte est à l’œuvre.

Il y a pourtant bien une cohérence entre la suppression annoncée de la part salariale des cotisations chômage et maladie, leur transfert vers la CSG, la suppression du régime social des indépendants, le projet de réforme des retraites (vers un régime universel), et sans doute aussi avec la nouvelle loi travail dont les premières mesures viennent d’entrer en vigueur.

Côté gouvernement, il s’agit de prendre acte de la révolution du monde du travail, où les contrats courts, où le travail indépendant prennent de plus en plus de place, et nécessitent donc d’être mieux couverts qu’ils ne le sont aujourd’hui, c’est-à-dire très mal.

Mais cette logique de couverture universelle remet en cause la philosophie de notre système de protection sociale. En fiscalisant celle-ci, c’est-à-dire en la faisant financer par l’impôt, elle la rend aussi plus vulnérable aux aléas de la conjoncture économique.

‘’Protection sociale : le grand chambardement ?’’

Articles

Lien

Brigitte Dormont a publié, en janvier 2016, avec Antoine Bozio, une note pour le Conseil d’analyse économique : « Gouverner la protection sociale : transparence et efficacité ». Cette note a été présentée au cabinet du Premier ministre le 15 décembre 2015.

Bibliographie

Les inégalités sociales

Les inégalités socialesNicolas DuvouxPUF, 2017

Intervenants

  • Brigitte Dormont

    professeur d’économie à l’université Paris Dauphine au sein du laboratoire LEDA-LEGOS, et directrice de la Chaire Santé de la Fondation du Risque.

  • Nicolas Duvoux

    Professeur de sociologie à l'université Paris 8 Vincennes Saint Denis, rédacteur en chef de La Vie des Idées et membre de l'Observatoire national de la Pauvreté et de l'Exclusion sociale

 

La Cour des comptes demande des réformes «nécessaires» de la Sécurité sociale

Dans son rapport annuel sur la Sécurité sociale, l'institution de la rue Cambon fustige un déficit qui ne diminue pas aussi vite que prévu et prône de nouvelles mesures pour « un retour durable à l'équilibre financier ».

La retraite de nabab de François Hollande

L’ex-chef de l’État va profiter d’une retraite globale de 15 100 euros mensuels net. Dans le privé, il faut avoir obtenu un salaire brut annuel de 353 000 euros, soit une addition géante de 8,8 millions d'euros sur 25 ans, pour parvenir à obtenir une pension…

Retraites: des réformes inégalitaires

Le site d'AlterEcoPlus revient sur une étude de la Drees, qui simule les trajectoires sur le marché du travail de quatre générations nées en 1950, 1960, 1970 et 1980, pour analyser les effets des réformes des retraites en France.

UE: Barroso touche déjà une retraite européenne

José Manuel Barroso a rejoint Goldman Sachs, mais il touche déjà sa retraite d'ancien président de la Commission européenne.

Retraites complémentaires: les salariés perdront entre 4,5 et 17%

Les mesures de l'accord d'octobre 2015 sur les retraites complémentaires Agirc-Arrco pénaliseront sensiblement les salariés, à commencer par les actuels quinquagénaires bientôt concernés…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.