L’effacement de la République démocratique et sociale

Tout au long du xix e siècle, en effet, la France n’a connu que trente-trois ans de régime républicain, dont les trois ans et demi de la IIe République (du 28 février 1848 au 2 décembre 1851). Une république de passage dont on a oublié la genèse révolutionnaire. Nous avons voulu ici en retracer l’histoire…

https://www-cairn-info.ezproxy.univ-paris13.fr/1848-la-revolution-oubliee--9782707158468-page-5.htm#

Dans la France de la Ve République, née en 1958, peu nombreux sont sans doute les citoyens parfaitement au fait de l’histoire des quatre républiques qui l’ont précédée. La première, issue de la Révolution française (1789-1799), est au fondement de l’enseignement scolaire de l’histoire de France et nul n’est censé ignorer ce tournant majeur dont l’héritage marque encore aujourd’hui très profondément la société française. Celui de la IIIe République (1870-1940), la plus longue à ce jour – soixante-dix ans ! –, l’imprègne plus encore, même si nombre de nos contemporains n’ont guère idée, au-delà des images de l’« école républicaine » de Jules Ferry et de la « mission civilisatrice » de la France coloniale, de toutes les dimensions de cette imprégnation. Quant à la IVe République (1946-1958), après le régime de Vichy (1940-1945), elle reste en général dans les mémoires comme une brève transition marquée par l’instabilité gouvernementale.

Ces séquences historiques sont enseignées de longue date aux élèves de France, en vertu de programmes qui n’aident pas toujours à comprendre que la notion de république est bien loin d’avoir suivi un cours tranquille depuis la prise de la Bastille en juillet 1789. Tout au long du xix e siècle, en effet, la France n’a connu que trente-trois ans de régime républicain, dont les trois ans et demi de la IIe République (du 28 février 1848 au 2 décembre 1851). Une république de passage dont on a oublié la genèse révolutionnaire. Nous avons voulu ici en retracer l’histoire… (...)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.