Tobie Nathan: à l'écoute des jeunes en voie de radicalisation

L’ethnopyschiatre Tobie Nathan a suivi soixante jeunes en voie de radicalisation, à la demande des autorités françaises, pendant trois ans. Il suit depuis longtemps des populations émigrées. Et les jeunes qu’il écoute aujourd’hui sont les enfants et les petits-enfants de ceux qu’il suit depuis 45 ans.

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_tobie-nathan-a-l-ecoute-des-jeunes-en-voie-de-radicalisation?id=9746517

Pour Tobie Nathan, plusieurs éléments se mélangent pour expliquer leur parcours. " Ce sont d’abord des jeunes qui ont des problèmes, comme tout le monde peut en avoir. Et puis, en face, il y a une proposition politique internationale de type révolutionnaire qu’ils perçoivent comme étant la modernité. C’est une mode intellectuelle. Les radicalisé deviennent des références, des héros, des pôles d’attraction ". Et en plus, on vient les chercher...

Tobie Nathan ne s’occupe pas des gens qui sont partis en Syrie ou ailleurs. Il fait de la prévention avec des gens qui sont en train de basculer. " Pour moi, c’est un beau défi de soigner des gens qui ne sont pas malades et qui ne demandent pas à être soignés. L’approche ne doit être ni judiciaire, ni affective. Il faut faire appel à leur intelligence. Leur pensée est loin de la mienne. Mais j’essaie de voir si je peux penser des choses avec eux.

Explorer les histoires des ancêtres

"Ces jeunes ont perdu le chemin vers leurs ancêtres. Et ils n’ont pas voulu d’ancêtres de substitution comme Napoléon ou Victor Hugo. Il faut remonter jusqu’à leurs ancêtres, voir les gens qui, avant eux, ont une importance. Pour ça, j’ai besoin de leurs familles. Ces âmes errantes, j’essaie de leur donner les éléments pour qu’ils se fixent. Mais cela ne peut venir que d’eux. "

 

Tobie Nathan était interrogé sur son essai " Les âmes errantes ", paru aux éditions de L'Iconoclaste, par Eddy Caekelberghs dans Au bout du jour

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.