Les «riches» ont doublé leur fortune en dix ans

Le montant cumulé des 500 plus grandes fortunes de France été multiplié par deux en dix ans. Le magazine "Challenges" dévoile son classement pour la 23e année consécutive. Le constat est clair : en dix ans, la fortune des plus riches a doublé.

https://www.nouvelobs.com/economie/20180705.OBS9234/le-montant-cumule-des-500-plus-grandes-fortunes-de-france-ete-multiplie-par-deux-en-dix-ans.html

Ce jeudi, le magazine Challenges publie le classement des 0,001% des français les plus riches. Cette année, le patrimoine des 500 premières fortunes françaises s’approche des 650 milliards d’euros. Une somme équivalent à 30% du PIB de la France. Et qui ne cesse d’augmenter.

Depuis la première édition du classement, en 1996, le total du patrimoine des plus riches est passé de 81 milliards à 650 milliards d’euros. Depuis 2008, leur fortune a doublé et augmenté bien plus que la production nationale. Surtout pour les dix premiers du classement qui ont vu leur fortune quadrupler alors que celles des 490 suivants a seulement doublé.

Les sommes s’échelonnent entre 140 millions et 73 milliards. Sur les 500, les 100 premières fortunes sont milliardaires. Mais qui sont-ils ? 

Bernard Arnault en tête du classement

Avec une fortune évaluée à 73 milliards d’euros, Bernard Arnault, PDG de LVMH, est en tête, et de loin. Celui dont la fortune est passée de 18 à 73 milliards en 10 ans est aussi, selon le palmarès du magazine suisse "Bilan", la première d’Europe.

La deuxième place revient à Alain et Gérard Wertheimer, propriétaires de Chanel, avec une fortune évaluée à 40 milliards d’euros. Suivi de près, pour la troisième place, par Axel Dumas, propriétaire d’Hermès, avec 39 milliards d’euros. 

Avec trois des cinq premières entreprises dans le domaine, le luxe est prééminent dans le classement, il accuse une progression supérieure à toutes les entreprises, qui, pour certaines, sont en baisse. Le secteur de la télécommunication et de la téléphonie, notamment, semble touché. Patrick Drahi, fondateur d’Altice, a vu sa fortune baissé de 40% et a perdu 4 places dans le classement. Il est aujourd'hui 12e avec 7,7 milliards d'euros. Xavier Niel, le PDG de Free et co-actionnaire de "l'Obs", a également accusé une baisse de 40% sur sa fortune et est passé de la 10e à la 13e place. 

Dans la suite du classement, on retrouve des noms connus. Françoise Bettencourt-Meyers (4eplace), Vincent Bolloré (11e place), la famille Peugeot (24e place) ou encore Martin et Oliviers Bouygues (28e place)... 

La proportion des femmes est moindre, elles représentent 39 places seulement sur les 500. 

La plupart des personnes sur la liste possèdent plusieurs maisons dans le monde, des domaines viticoles, des yatch, parfois même des avions. Alors comment se faire plaisir quand on peut tout s'offrir ? "En jouant au tennis avec mon ami Roger Federer", répond Bernard Arnault au magazine. 

E.P.

Prolonger :

Les 500 fortunes de France : Mais que font-ils de leur argent ?

Par Gaëlle Macke le 07.07.2018 à 12h23

Une collision spectaculaire. Jamais la réussite de Bernard Arnault n’a été aussi impressionnante. En un an, le patrimoine de l’homme le plus riche de France s’est apprécié de 56 % et culmine à plus de 73 milliards d’euros ! Les familles Wertheimer ou Bettencourt-Meyers sont reléguées 33 milliards plus bas dans notre dernier classement des 500 fortunes de France, quand l’an dernier le principal actionnaire de LVMH ne devançait son challenger que de 11 milliards… Et pourtant, ces douze derniers mois n’ont pas valu que du bonheur à Bernard Arnault. Les Paradise Papers ont fait du patron fortuné leur tête de gondole : Le Monde du 9 novembre 2017 révélait ainsi que Nyn Park, une somptueuse propriété de 129 hectares trente kilomètres au nord de Londres et cachée par une société écran de Jersey, était en fait une de ses nombreuses propriétés (outre celles de Saint-Tropez, de Courchevel, d’une île aux Bahamas…). Quelques mois plus tard, c’est Pièces à conviction de France 3 qui faisait grand cas du pavillon chypriote du yacht du PDG de LVMH et des montages fiscaux en Belgique de la multinationale… Pas de quoi redorer le blason des grandes fortunes, même au pays d’Emmanuel Macron.

Obsession patrimoniale

D’où ces lancinantes questions : que font les riches de leur argent ? Quand des centaines de millions d’euros de dividendes se déversent, à quoi sont-ils utilisés ? Où réinvestir ? Comment choisir, entre la philanthropie, le soutien à un club de rugby, un château dans le Bordelais, ou une fondation d’art contemporain ? Pourquoi certaines fortunes déploient-elles des hordes de fiscalistes ...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.