Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Lien 7 août 2019

Violences conjugales : Marlène Schiappa est "complètement à côté de la question"

Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, est "complètement à côté de la question" avec son Grenelle organisé en septembre, a estimé Luc Frémiot, ancien procureur de la République de Douai, sur franceinfo mercredi 7 août.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/droit-et-justice/grenelle-sur-les-violences-conjugales-marlene-schiappa-est-completement-a-cote-de-la-question-selon-l-ex-procureur-luc-fremiot_3568103.html

Spécialisé dans la lutte contre les violences conjugales, Luc Frémiot a lancé début juillet avec la comédienne Eva Darlan une pétition exigeant que l'État enquête sur les manquements qui ont conduit à la mort de dizaines de femmes depuis janvier. "On a la solution", affirme Luc Fremiot qui avait également lancé en 2003 à Douai (Nord) un dispositif d'éloignement et de traitement du conjoint violent. "J'ai fait baisser la récidive à 6% en 2003", assure-t-il. Selon lui, "on ne tire pas les leçons de ce qui se passe".

franceinfo : Ce Grenelle sur les violences conjugales est une bonne idée ou une table ronde qui ne donnera rien selon vous ?

Luc Frémiot : Quand j'entends Mme Schiappa sur le Grenelle, je me dis qu'elle est condamnée à faire le spectacle en cette période estivale et que, comme d'habitude, elle me paraît complètement à côté de la question. J'entends parler de grande réflexion culturelle, il faut remettre en cause notre culture sur le sujet, on appelle les témoins mais on ferait bien de balayer devant sa porte surtout. Parce qu'on pourrait parler des dysfonctionnements. C'est ça le préalable. Pourquoi les plaintes ne sont pas reçues ? Tout simplement parce que les femmes ne sont pas reçues comme elles devraient l'être dans les commissariats. On ne prend pas les plaintes qu'on devrait prendre. Certains services de police prennent encore des mains courantes. Vous avez encore certains procureurs de la République qui ne traitent pas les plaintes. La question, elle est là. On n'est pas du tout dans la philosophie.

Rien n'a évolué dans ce domaine selon vous ?

Ce n'est pas suffisant ! Bien évidemment, il y a des gens qui font bien leur métier mais moi, je m'occupe des trains qui n'arrivent pas à l'heure. Lorsque je reçois des courriers de ces femmes qui disent qu'on les renvoie chez elle parce qu'elles n'ont pas de certificat médical, alors que ce n'est pas du tout une obligation ; qu'on les conduit à porter une main courante qui n'a aucun intérêt puisqu'il n'y aura pas d'enquête ; quand je sais qu'il y a des parquets qui classent ou qui font des simples rappels à la loi… Il suffit de regarder dans les 85 féminicides qu'on vient de comptabiliser, ils annoncent des dysfonctionnements.

Dans la pétition que nous avons lancée [début juillet] avec Eva Darlan, on veut savoir pourquoi il y a eu autant de meurtres de femmes, pourquoi les plaintes n'ont pas été suivies d'effet et quelles sont les solutions. Qu'on ne vienne pas, une fois encore, nous agiter devant le nez un Grenelle qui est la grande fête aux associations.

Comment faire changer les choses ?

Il y a beaucoup de choses à faire. Vous avez des femmes qui se présentent qui parlent de menaces de mort. Les trois quarts du temps on leur répond : " Vous savez les menaces, c'est pas bien grave. C'est du bluff. Ayez confiance ! etc ". Elles ne sont pas prises au sérieux comme elles devraient l'être. Ce qui me choque aussi, c'est que Mme Schiappa c'est la Mme Loyal du gouvernement. Elle n'a aucun pouvoir.

Le pouvoir il est où ? Il est chez M. Castaner avec ses troupes qu'il ferait bien de remettre en ordre en rappelant certains principes. Il est également au niveau du ministère de la Justice qui ferait bien de contrôler les procureurs de la République en leur demandant des comptes chaque mois sur ce qui a été fait, combien de plaintes, comment elles ont été traitées. Mme Schiappa elle parle, elle amuse la galerie mais ce n'est pas du tout comme ça qu'on va résoudre le problème.

Qu'est-ce que vous pensez des expérimentations, comme en Isère, d'éloignement du conjoint violent avec un suivi ?

C'est moi qui ai lancé ça en 2003 à Douai. J'avais trois points précis qui étaient : suppression des mains courantes, on prenait des plaintes avec une tolérance zéro et on chassait du domicile conjugal l'auteur de violences que je plaçais dans un centre de manière à ce qu'il soit pris en main par des psychiatres et des psychologues, afin qu'on le fasse réfléchir sur les causes de la violence. Et aujourd'hui on a l'air de nous sortir ça. J'ai fait ça en 2003 et ça fonctionnait parfaitement. D'ailleurs la chancellerie a repris ce dispositif dans le guide des bonnes conduites.

Les procureurs et les magistrats n'ont d'une façon générale pas pris en compte l'importance de ces violences faites aux femmes. On a la solution. J'ai fait baisser la récidive à 6% en 2003. Au lieu de toujours souhaiter que l'on crée des centres d'accueil pour les femmes, les associations feraient bien aujourd'hui de se mobiliser pour des centres d'accueil pour les hommes. Si on ne traite pas les causes des violences, on en sera toujours pareil la semaine prochaine. On ne tire pas les leçons de ce qui se passe.

Prolonger :

Violences conjugales: quand la justice diffuse l’adresse d’une femme à son ex-conjoint menaçant

Par Sophie Boutboul

Céline a tout fait pour être protégée de son ex-compagnon : mains courantes, plaintes pour violences, lettres au parquet et au gouvernement. Elle avait obtenu en 2017 que son adresse lui soit dissimulée, mais cette décision a été levée début juillet.

L'espionne la plus admirée de Churchill est morte sous les coups d'un homme :

« Guerre secrète : Christine Granville, espionne polonaise » : une héroïne au-dessus du lot

Des témoignages de qualité permettent de retracer l’incroyable destin de Krystyna Skarbek, figure mythique du Special Operation Service (SOE).

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.