Gilets Jaunes : laboratoire pour une nouvelle doctrine du maintien de l'ordre ?

Hier, pour la quatrième journée nationale de mobilisation des Gilets Jaunes, une nouvelle stratégie de maintien de l'ordre a été expérimentée. Ce nouveau dispositif, plus mobile, a permis de contenir les violences et d'éviter les scènes de chaos du 1er décembre dans la capitale. " La légitimité de l'action politique ne repose pas sur la police et la justice ".

https://www.franceculture.fr/emissions/dimanche-et-apres/dimanche-et-apres-du-dimanche-09-decembre-2018

« Une jeune souris, de peu d'expérience,
Crut fléchir un vieux Chat… » Et caetera…

Les premiers mots de la fable de la Fontaine s’accordent plutôt bien avec ce qui s’est passé hier dans les rues de Paris. On l’a entendu toute la journée sur les chaînes d’information qui suivaient le mouvement minute par minute : les manifestants, avec ou sans gilet jaune, ont donc joué au « chat et à la souris » avec les forces de police et de gendarmerie. A ceci près que plusieurs heures durant, il y avait beaucoup plus de chats que de souris. 125 000 manifestants dans toute la France en fin de journée selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. 89 000 policiers et gendarmes mobilisés. Des forces de l’ordre plus mobiles, plus offensives s’est félicité le gouvernement avec au total, 1723 personnes interpellées dont 1200 placées en garde-à-vue. Des centaines de contrôles menés en amont, dès l’aube ou même vendredi soir, et qui auraient permis de limiter nous dit-on, les débordements.

Nous ne sommes pas là ce soir pour débattre du mouvement en tant que tel, nous l’avons beaucoup fait sur France Culture et nous le ferons encore. Il s’agit d’observer la stratégie de maintien de l’ordre que Christophe Castaner a fait progressivement évoluer, au fil de ces quatre samedis consécutifs de manifestations… Pour la rendre la plus « efficace » possible. Qu’est-ce qu’une stratégie policière efficace ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.