Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

229 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 févr. 2020

Bravo Annegret Kramp-Karrenbauer !

Il n'y a pas de fatalité en politique, il n'y a que des abdications. Annegret Kramp-Karrenbauer donne une leçon de courage politique en préférant mettre un terme à sa carrière plutôt que de céder à la facilité et cautionner la dérive dans laquelle se compromettent des membres stupides et carriéristes de la démocratie chrétienne allemande. Les moins courageux peut-être ?

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est très étonnant que l'aspect du courage et de la responsabilité politique dans la décision d'Annegret Kramp-Karrenbauer ne soit pas du tout chroniquée par une presse qui y voit une défaite personnelle*. Traiter ainsi l'information donne raison aux abdications morales et intellectuelles d'une droite - voire du centre - s'apprêtant à se recoucher dans le lit de l'extrême-droite, comme cela s'est déjà fait en 1933.

Il y a comme un manque très sérieux de sens critique et politique à se réjouir de cette décision éminemment responsable. Comme de la chroniquer et/ou la célébrer - voire se réjouir d'une victoire par K.O. - d'être une "chance" pour Friedrich Merz (gérant d'actifs chez Blackrock) à pouvoir tenter reconquérir une majorité à droite avec les voix de l'AFD. Friedrich Merz était le candidat de Wolfgang Schäuble pour les élections internes de la CDU.

Me tromperai-je en osant dire à contre courant " Bravo Annegret Kramp-Karrenbauer ! " ?

N'est-ce pas en effet plutôt à l'honneur de la politique et de la démocratie que de se féliciter qu'il y ait encore des personnes qui sachent dire "non !" - parce que l'essentiel est menacé - et sacrifier les paillettes ou les sirènes du pouvoir ?

Je suis très dubitatif du sens de la responsabilité politique de ceux qui se satisfont de cette décision en s'appesantissant sur des critiques personnelles. Serait-ce parce que, au-delà de leur personne, ils sont incapables de considérer autre chose, prendre la juste mesure des valeurs qui fondent une société démocratique moderne ?

N'y avait-il pas mieux à dire ou à commenter que de réduire cette décision à la défaite d'une femme ; alors qu'il ne s'agit en rien d'une quelconque abdication face à l'inertie terrible de la facilité à court terme ? Bien au contraire, c'est un refus de la fatalité, un acte politique responsable et courageux.

S'appliquer à critiquer à très mauvais escient la décision de Annegret Kramp-Karrenbauer est ce qui tue et étouffe l'intérêt de l'opinion pour l'action publique sacrifiée sur l'autel de quelques petites ambitions personnelles.

" Chapeau bas ", Madame.

Ce traitement médiatique à maltraiter une décision courageuse face à une dérive manifeste pose deux questions :

  • Où sont les " hommes " politiques ?
  • Où sont les journalistes "démocrates " ?

*

Mise à jour :

L’extrême-droite comme symptôme

Le Journal des idées par Jacques Munier le 12/02/2020

En Allemagne, la montée de l’extrême-droite semble avoir mis fin à la période de stabilité politique qui caractérisait le pays au sein de l’Europe. (cf. Theodor Adorno, Jean-Claude Monod, John Dewey).

Prolonger :

Dominique PINSOL - Le Monde diplomatique Août 2017 page 2

Un journalisme vil et veule - L’art d’interviewer Adolf Hitler

L’histoire des médias a ses mythes. Celui du grand reporter toujours prêt à défier les puissants y occupe une place de choix. La réalité s’avère souvent moins romantique, surtout lorsqu’on se penche sur les années 1930. Les conditions dans lesquelles Adolf Hitler a été interviewé avant la guerre à plusieurs reprises par des envoyés spéciaux français révèlent le degré de servilité d’une certaine presse.

Daniel SCHNEIDERMANN - Editions du Seuil 2018 - Prix "journalisme" des Assises du journalisme de Tours

Berlin, 1933 - La presse internationale face à Hitler

Fondé sur un travail de sources considérable, la chronique passionnante de la vie quotidienne des journalistes occidentaux en poste à Berlin de 1933 à 1941. Un récit hanté de bout en bout par cette question : sommes-nous certains d’être mieux armés aujourd’hui pour rendre compte des catastrophes hors normes, pour nommer le Mal ?

Michaël FOESSEL - Editions PUF 2019

Récidive 1938

Tombé presque par hasard sur l'année 1938, un philosophe relève une langue, une logique et des obsessions étrangement parallèles à ce que nous vivons aujourd'hui. L'abandon de la politique du Front populaire, une demande insatiable d'autorité, les appels de plus en plus incantatoires à la démocratie contre la montée des nationalismes, une immense fatigue à l'égard du droit et de la justice : l'auteur a trouvé dans ce passé une image de notre présent.
Récidive ne raconte pas l'histoire de l'avant-guerre. Il n'entonne pas non plus le couplet attendu du « retour des années 30 ». Les événements ne se répètent pas, mais il arrive que la manière de les interpréter traverse la différence des temps. En ce sens, les défaites anciennes de la démocratie peuvent nous renseigner sur les nôtres. Récidive est le récit d'un trouble : pourquoi 1938 nous éclaire-t-elle tant sur le présent ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi
Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige