Nathalie Arthaud : dur dur de défendre les droits sociaux sur France 2

Nathalie Arthaud - malmenée par Vanessa Burggraf et Yann Moix sur France 2 - a exposé la légitimité à défendre les droits des victimes de la violence sociale, que les chroniqueurs feignent d'ignorer. Leur agressivité à nier la sinistralité politique dénoncée par la candidate LO est d'autant plus regrettable qu'ils opposent des arguments d'autorité et des simplismes.

https://www.youtube.com/watch?v=MaeGChAMW7Q

 

Interpellée par les journalistes, Nathalie Arthaud expose le danger à voter Marine Le Pen en soulignant que " Le Pen prône la guerre entre les pauvres " et que la candidate FN ne dénonce jamais les causes des inégalités sociales. La proximité de l'extrême-droite et de la finance est commentée par les historiens et la presse.

Le téléspectateur peut s'étonner du changement de ton de la chaîne avec le Front national qui a eu droit à deux heures d'émission à un moment de grande écoute. Il y a apparemment une difficulté sur France 2 à prendre au sérieux les candidats qui défendent les droits sociaux.

L'imperméabilité de Vanessa Burggraf et Yann Moix à l'argumentation de Nathalie Arthaud est d'autant plus surprenante qu'ils étaient enthousiastes juste avant sur l'enquête d'Anne Nivat, " Dans quelle France on vit ", rapportant la dérive française. Voir la vidéo : Anne Nivat et Jean-Jacques Bourdin - On n'est pas couché 11 mars 2017

La régression sociale est prohibée (voir l'explication publiée dans le Journal officiel).

Les interviewers seraient mieux inspirés de le rappeler aux candidats responsables de l'augmentation des inégalités et de la pauvreté en France plutôt que de tenter de disqualifier ceux qui s'en émeuvent.

Vanessa Burggraf et Yann Moix peuvent encore progresser dans la compréhension de la prééminence du respect de la dignité humaine dans une société démocratique moderne, conforme aux standards européens et internationaux.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.