Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

230 Billets

2 Éditions

Lien 12 avr. 2018

L'affaire de Tarnac pose la question de l'absence de contrôle du parquet

La relaxe de Yildune Lévy et de Julien Coupat, notamment, soulève la question de l'absence de contrôle des actes du ministère public et la nécessité de le replacer comme tiers auprès des juridictions - comme il l'était auparavant : "procureur près le tribunal" - et supprimer la confusion actuelle qui le place à l'égal des magistrats du siège. Ce qu'il n'est pas.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/04/12/proces-de-tarnac-julien-coupat-et-yildune-levy-relaxes_5284397_1653578.html

Le Conseil constitutionnel juge que le ministère public est une partie au procès. Il ne peut donc pas être à l'égal des magistrats du siège et doit être placé sous leur contrôle.

La relaxe prononcée dans l'affaire de Tarnac ne pose pas la question du contrôle de la police mais du contrôle du parquet, car c'est le parquet qui dirige et contrôle la police judiciaire (art. 12 et 13 du code de procédure pénale). La défaillance trouve donc sa source dans l'inexécution de ce pouvoir de direction et de ce contrôle. Il est gravement anormal que le ministère public ait donné crédit à une procédure comme celle de Tarnac et l'ait laissée prospérer et défendue jusque devant la Cour de cassation alors que le magistrat du parquet a une obligation d'impartialité (art. 31 du code de procédure pénale).

La défaillance du pouvoir de direction et de contrôle de la police par le ministère public montre que la question de son indépendance pose problème. Un ministère public qui ne contrôle pas la police et ne sait pas se faire respecter d'elle est dangereux. Dangereux pour les citoyens, leur vie de famille, leur vie privée, leur vie sociale, leur vie professionnelle, leur réputation, ... L'indépendance du parquet en France ne peut donc être valablement évoquée tant que le ministère public n'impose pas efficacement aux forces de l'ordre le respect de la loi et de l'ordre public procédural. Tarnac en signale son incapacité.

Cela s'impose d'autant plus que, d'une part, l'influence anormale du ministère public dans la procédure est anormale et que cette influence prive l'organisation judiciaire française de conformité aux standards européens au préjudice des justiciables et des droits fondamentaux (cf. Inconformité de l'organisation judiciaire française aux droits de l'Homme) ; que, d'autre part, l'évolution du code de procédure pénale se fait à l'avantage exclusif du ministère public au détriment des juges du fond et leur mission de garantir l'efficacité du droit à une justice indépendante et impartiale (voir encore la dernière réforme proposée par le gouvernement qui permet au procureur de placer sous surveillance et sur écoute pratiquement n'importe qui sans contrôle d'un magistrat indépendant) ; et qu'enfin l'affaire de Tarnac doit interpeller les pouvoirs publics sur le nombre d'affaires où les procédures sont bâclées et aboutissent à des condamnations au mépris du droit pénal et de l'ordre public. Tarnac n'est pas un cas isolé.

L'affaire de Tarnac montre clairement qu'une réforme de la justice sérieuse impose - à l'opposé du projet actuel - de doubler le nombre de magistrats du siège et de greffiers, de replacer le ministère public à sa place de partie au procès, de l'obliger à motiver en droit et en fait ses décisions (puisqu'il a une obligation d'impartialité), de créer une voie de recours efficace contre ses décisions ou ses abstentions sans attendre un jugement au fond, de réévaluer les aides juridictionnelles et d'en élargir les conditions d'accès. Il est assez déplorable que, dans un pays moderne, l'accès à la justice dépende plus du pouvoir de l'argent que du souci d'assurer le droit de chacun à voir sa cause entendue efficacement et rapidement par un tribunal indépendant et impartial.

Les personnes relaxées dans l'affaire de Tarnace ont déposé en vain des plaintes contre des faux en écritures publiques.Il n'existe aujourd'hui aucune voie de recours efficace contre les décisions illégales du ministère public, lesquelles constituent des faux en écritures publiques. Quant il n'en commet pas directement que refusent de poursuivre les juridictions saisies.

Tarnac renvoie au scandale judiciaire d'Outreau, notamment.

Ces scandales interpellent très sérieusement sur la sincérité démocratique de dirigeants politiques qui se satisfont d'institutions judiciaires qui se caractérisent par des horreurs judiciaires chroniques et refusent de façon persistante à leur donner le budget et les moyens humains nécessaires à la bonne réalisation d'une mission essentielle de service public, celle de la justice.

La justice ne peut pas se limiter à une apparence et des réformes qui la confirment et la renforcent au risque de saper la confiance de l'opinion dans un pilier essentiel de la démocratie. Comment s'étonner ensuite du regain des nationalismes, de la violence institutionnelle et privée, de la discrimination, du mépris de la dignité humaine, du fascisme mou de l'indifférence ?

Prolonger :

L'obligation d'impartialité du procureur

Thèses :

" L'impartialité des magistrats dans la procédure pénale françaises à l'aune du droit de la convention EDH " par Audrey OUDOUL

" L'impartialité du magistrat en procédure pénale "  par Sylvie Josserand

Médiapart :

Relaxe générale au procès du «groupe de Tarnac» 12 avril 2018 Par Michel Deléan

Le « groupe de Tarnac » n’en était pas un, et les prétendus malfaiteurs n’en sont plus, estime le tribunal correctionnel. Seuls des refus de prélèvement ADN et une falsification de documents donnent lieu à trois condamnations symboliques. Mediapart publie le jugement.

France culture :

Jérémie Assous avocat des prévenus du procès de Tarnac, répond à la question "qui sont les responsables de ce fiasco politico-judiciaire ?"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel