Hollande ignore que casser du chiffre est à la portée de tout le monde

François Hollande ordonne la mobilisation face aux cybermenaces lors du Conseil de défense et de sécurité nationale "Afin qu'aucune action malveillante ne puisse venir entacher la campagne et le vote, le président de la République a demandé une mobilisation de tous les moyens nécessaires de l’État ".

http://1dex.ch/2017/03/hollande-ignore-casser-chiffre-a-portee-de-monde/

La sécurité sur le net est cependant nulle en droit comme en fait. A commencer par celle des sites des partis politiques. Ou ceux de la police.

L’insécurité sur le net est un débat d’intérêt général quand l’emprise numérique envahit le quotidien, au point de permettre l’espionnage de la vie privée ou des sabotages. L’industrie numérique ne propose donc pas grand-chose de sérieux en terme de sécurité (voir les automobiles volées par hacking de la télécommande) et il est inquiétant que les pouvoirs publics ne fassent rien d’efficace. Ce qui est vrai pour les automobiles l’est également pour les clefs de cryptage ou les login sur le net. (lire la suite)

 

Voir également :

Le papa du www s'inquiète de l'état du Web

Désinformation, publicité politique ciblée et collecte de masse de données à caractère personnel sont les trois grands maux actuels du Web que dénonce Tim Berners-Lee dans une tribune. Il y a 28 ans, un chercheur du CERN inventait un nouveau système ...

http://www.dalloz-bibliotheque.fr/bibliotheque/Contrats_informatiques_et_electroniques_2016/2017-53876.htm 

 

Mises à jour :

Quel rôle a joué la NSA dans la cyberattaque mondiale? L'Express

La vague de cyberattaques a touché plusieurs pays, dont la France où elle a perturbé la production de Renault. afp.com/DAMIEN MEYERUn programme de la NSA pourrait avoir été l'outil à l'origine de l'attaque informatique qui a fait plus de 200 000 victimes. Edward Snowden demande qu'elle soit auditionnée.C'est un peu comme si une bombe sophistiquée tombait entre les mains de terroristes qui auraient été bien en peine de la développer seuls. De nombreux experts informatiques pensent reconnaître la patte de la NSA dans la technologie sur laquelle s'est appuyée la cyberattaque qui a touché plus de "200 000 victimes dans au moins 150 pays", selon le directeur d'Europol Rob Wainwright.

Cyberattaque internationale : le logiciel malveillant aurait été initialement conçu par la NSA Capital

Elle aurait apparemment été menée à partir de logiciels malveillants initialement développés par la NSA, l'agence américaine de la sécurité nationale, avec un virus qui se diffuse par le biais de documents attachés ou de liens renvoyant prétendument vers des sites connus, mais sont en fait des répliques. Ce virus baptisé WannaCry, et connu aussi sous les noms de WannaDecryptor, WanaCrypt0r 2.0 et WCry?, s'exécute par le biais d'un logiciel malveillant installé à l'insu de l'utilisateur. Il crypte les données de ce dernier et exige des sommes d'argent, généralement en bitcoins, pour les rendre à nouveau lisibles ou débloquer certaines fonctionnalités de l'ordinateur infecté.

Cyberattaque WannaCry: Microsoft met en cause la NSA et veut une "convention de Genève numérique" Hufftington Post

Le ransomware Wannacrypt fonctionne grâce à une faille de Windows que l'agence américaine gardait secrète... jusqu'à ce qu'elle se la fasse voler.

Cyberattaque : « L'ampleur de WannaCry incitera les professionnels à faire migrer plus rapidement leurs machines » Le Monde

Notons  (...) que WannaCry n’a pas été créé par The Shadow Brokers (encore que, comme dirait Socrate…), mais qu’il utilise pour se répandre une faille présente dans un outil de la NSA rendue publique par The Shadow Brokers. La publication de cette faille a sans doute considérablement facilité la tâche des auteurs de WannaCry.

Une cyberattaque bloque des milliers d’ordinateurs dans le monde  Par La rédaction de Mediapart

Dans des dizaines de pays autour du monde, un virus a touché des dizaines de milliers d’ordinateurs, dont les propriétaires sont rançonnés. En France, où le constructeur Renault a été visé, la justice a ouvert une enquête.

Etats, NSA et entreprises en cause Le virus WannaCry révèle les ratés de la cybersécurité Par Jérôme Hourdeaux

Une dizaine de jours après l'apparition du logiciel-rançon, de nombreuses responsabilités peuvent être pointées : celle de la NSA qui a directement inspiré le virus, celle des États qui laissent se développer un véritable marché des failles informatiques et celle des entreprises qui avaient été prévenues d'une attaque.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.