Le niveau de vie des Français encore inférieur à celui de 2008

La stagnation du niveau de vie des Français peut en partie s'expliquer par une faible revalorisation des salaires depuis la crise. En revanche, la situation des plus aisés s'est nettement améliorée depuis 2014 après plusieurs années de baisse (La Tribune par Grégoire Normand).

http://www.latribune.fr/economie/france/le-niveau-de-vie-des-francais-encore-inferieur-a-celui-de-2008-750077.html

Les effets de la crise se font encore ressentir. Malgré la bonne santé de plusieurs indicateurs relatifs au marché du travail et à l'activité publiés ces dernières semaines, le niveau de vie médian des Français est toujours en deçà de 2008. Selon les chiffres publiés par l'Insee ce mardi 12 septembre, le niveau de vie médian stagne encore plusieurs années après le pic de la crise. Il existe néanmoins de forts contrastes selon les catégories sociales.

Un niveau de vie médian à 1.692 euros par mois

D'après l'institut de statistiques, le niveau de vie médian des personnes vivant dans un ménage en France métropolitaine est de 20.300 euros, soit 1.692 euros par mois. "Pour une famille composée d'un couple avec deux enfants de moins de quatorze ans, ce montant correspond à un revenu disponible de 42.630 euros par an, soit 3.553 euros par mois."

Pour 2015, le niveau de vie médian (voir la courbe D5 sur le graphique ci-dessous) est en hausse de 0,4% en euros constants. Mais cette augmentation "de faible ampleur ne remet pas en cause le constat de longue stagnation du niveau de vie médian depuis 2008, après la progression soutenue d'avant la crise. Il reste notamment toujours en deçà du niveau de 2008".

Hausse du niveau de vie des plus aisés

Après plusieurs années de baisse, le niveau de vie des plus aisés est reparti à la hausse. Le neuvième décile (D9) et le 95e centile (C95), qui correspondent aux catégories les mieux loties, ont augmenté respectivement de 1,4% et 2,3%. Les experts de l'Insee expliquent que cette inversion de tendance peut s'expliquer par le dynamisme des salaires et des pensions dans le haut de la distribution en 2015.

A l'inverse, les niveaux de vie ont tendance à stagner dans le bas de l'échelle. Et malgré les revalorisations de prestations sociales comme la majoration de 9% du complément familial versé aux familles nombreuses les moins aisées ou  la revalorisation de 2% du revenu de solidarité active (RSA), cela n'a pas permis d'améliorer les niveaux de vie des catégories sociales inférieures. "Les hausses de prestations sociales étant en moyenne compensées par une baisse des revenus salariaux."

Un taux de pauvreté relativement stable

Même si le taux de pauvreté a légèrement augmenté entre 2014 et 2015 (de 14% à 14,2%), cet écart n'est pas significatif d'un point de vue statistique pour les auteurs de l'étude. "On ne peut pas conclure à une hausse du taux de pauvreté en 2015."

L'autre fait notable de la publication de l'Insee est la baisse de l'intensité de la pauvreté* entre 2014 et 2015 passant de 20,1% à 19,6%. Cette diminution est liée selon les statisticiens à la montée en puissance des mesures sociales évoquées précédemment.

Une légère hausse des inégalités

Les inégalités mesurées par le coefficient de Gini** n'ont pas connu de hausse remarquable entre 2014 et 2015. Pour les auteurs de la note, "les principaux indicateurs d'inégalités sont stables ou suggèrent une faible hausse des inégalités, les niveaux de vie augmentant davantage dans le haut de la distribution que dans le bas". Mais cette hausse "n'est pas significative d'un point de vue statistique". L'indicateur d'inégalités a retrouvé une valeur proche de l'indice de 2006 mais est encore loin des niveaux atteints à la fin des années 90.

Lire aussi : Les inégalités de revenus à des niveaux records dans les pays développés

Les chômeurs s'appauvrissent

La paupérisation des chômeurs en France s'explique par "une augmentation du nombre de chômeurs auparavant ouvriers (+ 2 %) ou n'ayant jamais travaillé (+ 1 %) alors que l'effectif diminue pour les chômeurs issus de professions mieux rémunérées". Le taux de pauvreté a ainsi atteint 15,3% chez les ouvriers en 2015 contre 14,4% en 2014.

Par ailleurs, la hausse du chômage durant les années qui ont suivi la crise n'a pas eu les mêmes effets selon les catégories sociales. Les ouvriers représentent la catégorie sociale la plus frappée par le chômage avec un taux de 14,6% en 2015 contre 4% pour les cadres en 2015 et cette situation se dégrade régulièrement pour les ouvriers qualifiés et non qualifiés depuis une dizaine d'années comme le rapporte le centre d'observation de la société. Entre 2008 et 2015, "le taux de chômage des ouvriers non qualifiés est passé de 14,7 % à 20,3 %, celui des cadres de 2,8 à 4 %".

___________________________

(*)L'intensité de la pauvreté est un indicateur qui permet d'apprécier à quel point le niveau de vie de la population pauvre est éloigné du seuil de pauvreté. L'Insee mesure cet indicateur comme l'écart relatif entre le niveau de vie médian de la population pauvre et le seuil de pauvreté.

(**)L'indice (ou coefficient) de Gini est un indicateur synthétique d'inégalités de salaires (de revenus, de niveaux de vie...). Il varie entre 0 et 1. Il est égal à 0 dans une situation d'égalité parfaite où tous les salaires, les revenus, les niveaux de vie... seraient égaux. A l'autre extrême, il est égal à 1 dans une situation la plus inégalitaire possible.

Grégoire Normand

Grégoire Normand

@gregoirenormand

Du même auteur

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.