L’ère Macron qui s’ouvre

Pierre-André Taguieff livre, dans cet ouvrage particulièrement bien informé, une analyse politique très lucide de la marche triomphale d’Emmanuel Macron vers le sommet du pouvoir dans la France inquiète de l’an 2017. par Jean-Paul Deléage Article publié dans le n°1181 (16 oct. 2017) de la Nouvelle Quinzaine Littéraire

https://www.nouvelle-quinzaine-litteraire.fr/mode-lecture/l-ere-macron-qui-s-ouvre-1198

Taguieff avance trois hypothèses : selon la première, il s’agirait d’une sorte de miracle, conforme au récit que Macron donne lui-même dans Révolution (Éditions XO, 2016), inscrivant le sens de son histoire dans celui de l’Histoire (...) La deuxième hypothèse serait que ses succès électoraux relèvent du symptôme et sont le résultat du long processus d’effacement du clivage droite-gauche (...). Troisième hypothèse le phénomène Macron a quelque chose d'un mirage. Le nouveau président a su mettre en scène, avec une rare maîtrise, les séquences de communication constitutives de son parcours politique.

Dans l'article, Jean-Paul Deléage relève que Taguieff explore essentiellement l'hypothèse du miracle et celle du mirage dans le succès de Macron " en soulignant que Macron a voulu gommer l'image du banquier d'affaires, même s'il est arrivé à ce dernier de confier devant un public d'étudiants admiratifs : " La différence entre banquier d'affaires et secrétaire général adjoint de l'Elysée, c'est la même qu'entre prostituée et femme de chambre. Ce sont des métiers de prestation de service." " (Emmanuel Macron cité par François-Xavier BOURMAUD "Emmanuel Macron, la banquier qui voulait être roi", L'Archipel, 2016, p.242)

Dans le commentaire de la dithyrambe de Jupiter, Jean-Paul Deléage cite aussi Christophe GUILLY : " Avec Le Pen/Macron, on a droit au "ni gauche ni droite" d'en haut contre le "ni gauche ni droite" d'en bas. ". 

Depuis la publication de l'ouvrage de Taguieff, la politique présidentielle a déjà confirmé que la différence entre le "macronisme" et le "lepénisme" est plus une question d'étage, à savoir qui est le "ni droite ni gauche " d'en haut et d'en bas, qu'une question de fond. Les lois d'exception et la régression sociale procèdent d'une même mentalité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.