Le fait divers fait-il diversion ? De l'intérêt politique de la flicosphère

« Développer la couverture des faits divers à dix-huit mois d’une élection présidentielle n’a rien d’anodin » remarque dans le Monde un journaliste du Figaro qui redoute la « volonté d’entretenir une psychose sécuritaire ». C’est l’éternelle question à propos de ce type d’informations qui fascine avec le risque de monter en épingle des faits anodins,et éclipser la politique.

https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/le-temps-du-debat-du-samedi-emission-du-samedi-13-fevrier-2021

Il existe plusieurs sortes de fait-divers.

  • Le fait divers qui pose un véritable ptoblème de société : #Metoo, pédocriminalité, fraude fiscale, violences polcières, ...
  • Le fait divers permettant une instrumentalisation politique pour faire passer un discours
  • Le fait divers inutile pour détourner l'attention et jouer avec l'émotion

Si le premier est intéressant pour la société, les deux autres permettent la construction de la rhétorique sécuritaire depuis les années 70 par son instrumentalisation politique, tant des éditorialistes que des partis politiques pour banaliser le discours répressif, initier des lois de circonstances  régressives pour les droits sociaux et les libertés publiques.

Le troisème cas de fait-divers s'avère être aussi un outil de communication pour le personnel politique. Il s'en sert avec opportunisme pour se montrer de plus en plus souvent sur le terrain - à la limite du ridicule parfois - pour occuper l'espace public et le débat publics, au risque de détourner l'attention de l'opinion sur les véritables sujets de société.

 

Intervenants

  • Claire Sécail

    Chargée de recherches au CNRS, Laboratoire Communication et Politique

  • Patrick Bèle

    Journaliste au service étranger du Figaro quotidien chargé de l'Amérique latine

  • Dominique Rizet

    Journaliste à BFM

 

Prolonger :

Ce que la télévision fait à la politique - France Culture

Le Fait-divers criminel à la télévision française (1950-2006) : Etude de la fabrique et de la mise en scène du récit   Par Claire Sécail sous la direction de Christian Delporte - Versailles-St Quentin en Yvelines

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.