Qui pour encadrer le recours aux consultants privés dans le public ?

Cela fait penser aux sondages de l'Elysée. Le recours aux cabinets de consultants privés par l’exécutif n’est pas nouveau. Critiqué officiellement plusieurs fois, rien n'a encore évolué alors que les problèmes sont bien documentés. Les chiffres de ces contrats confortables montrent que c'est bien plus tranquille et mieux payé chez Mac Kinsey qu'à l'hôpital public.

https://www.franceculture.fr/emissions/la-bulle-economique/qui-pour-encadrer-le-recours-aux-consultants-prives-dans-le-public

Olivier Véran : " Oui, monsieur le député, on a du talent dans le privé ! On a du talent dans le secteur privé, comme dans le secteur public.  "

28 contrats passés depuis mars pour une somme de 11 350 000 euros.

Les 28 contrats représentent 350 pages à lire, soit des contrats de 12.5 pages en moyenne pour un montant moyen de 405 357 euros.

Cela fait des contrats assez peu détaillés, voir pas détaillés du tout.

405 357 euros représentent 22 semaines et demie de travail pour une équipe de trois consultants facturés 1200 euros par jour chacun.

22 semaines et demie - sans compter les congés - représentent une mission de plus de cinq mois. 

C'est assez long pour répondre à une urgence.

 

D'autant que le travail serait bâclé, quand il ne s'agit pas d'un copier coller des chiffres de l'administration selon la Cour des comptes.

Emmanuel Macron a répondu qu'il n'y a pas d'argent magique pour les hôpitaux.

La solution pour le personnel soignant serait-elle de se faire embaucher par Mac Kinsey plutôt que de continuer à ramer à l'hôpital et être méprisé par le pouvoir et sa majorité ?

Les chiffres montrent que l'exécutif semble aussi beaucoup moins exigeant en terme d'horaires et de résultats avec les cabinets conseils.

Vendre du vent, le produit phare de la start-up nation ?

 

Prolonger :

Médiapart :

Mot-clé : mckinsey

France culture :

Les cabinets de conseil au secours de l’Etat

L’État français est à la fois souvent critiqué sa bureaucratie inefficace et fortement attaqué lorsqu’il fait appel au secteur privé pour sous-traiter des expertises, comme ça a été le cas pour la stratégie de vaccination. Que dit cette collaboration de l’action publique ?

Intervenants

  • Romaric Godin

    Journaliste économique à Mediapart

  • David Martimort

    Economiste, directeur d’étude à l’EHESS et professeur à Paris School of Economics

  • Emmanuelle Mignon

    Conseillère d’État et avocate associée au cabinet August Debouzy

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.