Autopsie du mensonge climato-sceptique et histoire du changement climatique

" Losing Earth : The Decade We Almost Stopped Climate Change " By Nathaniel Rich Photographs and Videos by George Steinmetz AUG. 1, 2018 - " Le New York Times publia un article sur l'enquête publiée aujourd'hui en français " Perdre la Terre " Nathaniel Rich Editions du Seuil 2019. Sur l'inaction à prévenir le risque de réchauffement climatique identifié par John Tyndall dès 1859.

https://www.nytimes.com/interactive/2018/08/01/magazine/climate-change-losing-earth.html

Présentation de l'éditeur :

Perdre la Terre
Une histoire de notre temps

Nathaniel Rich

Traduit par : David Fauquemberg

1979. À peu près tout ce que nous comprenons à l’heure actuelle du réchauffement climatique était compris. Et même mieux compris, sans doute. Les principaux aspects du problème étaient tranchés, sans débat possible, et les spécialistes, loin de se disputer sur l'établissement des faits, travaillaient à en affiner les conséquences. Il y a trente ans, nous aurions pu sauver la Terre. Pourtant nous n’avons rien fait. Après des années d’enquête et plus de cent interviews réalisées avec le soutien de la Fondation Pulitzer, Nathaniel Rich retrace comment la planète a raté son rendez-vous avec le climat, comment malgré les efforts de plusieurs lanceurs d’alerte, d’intérêts parfois concordants, souvent contradictoires, y compris de l’industrie pétrolière, rien n’a été fait pour stopper le changement climatique.

Implacable et passionnant, Perdre la Terre est un document pour l’histoire. Notre histoire. Un récit fascinant dans lequel l’auteur semble placer le lecteur à la table des négociations pour lui faire entendre les cris d’alarme, les silences coupables, les atermoiements de conscience, la force de l’inertie et des renoncements, et peu à peu l’imminence de la catastrophe. Perdre la Terre n’est pas seulement le roman impitoyable d’occasions historiques manquées, c’est aussi l’évaluation claire et détaillée de la façon dont nous en sommes arrivés là — et de ce que nous pouvons et devons faire avant qu’il ne soit vraiment trop tard.

Nathaniel Rich est journaliste au long cours pour le New York Times. Fasciné par l’attraction paradoxale qu’exercent les catastrophes sur la société contemporaine, il interroge dans ses articles la manière dont le monde et la littérature s’accommodent du désastre.

Perdre la Terre n’a pas fini de frapper les esprits ” M,Le Magazine du Monde

Traduit de l’anglais (États-Unis) par David Fauquemberg.

Première de couverture

Perdre la terre

Nathaniel Rich

Seuil, 2019

 

Prolonger :

Changement climatique, paralysie politique ?

L'Invité(e) des Matins par Guillaume Erner

Alors que la campagne pour les élections européennes bat son plein, plusieurs partis ont décidé de mettre l’accent sur le volet écologique de leur programme. Nous accueillons un journaliste qui vient de publier une enquête révélant que dès la fin des années 1970, les élites scientifiques et politiques américaines étaient informées du risque climatique à venir, et ont pourtant manqué à réagir à ce péril.  Nathaniel Rich, journaliste et romancier, auteur notamment de Perdre la terre publié aux éditions du Seuil avec les éditions du Sous-sol. 

Volkswagen, Renault, PSA : "Dieselgate" ou la tromperie organisée

Les Nouvelles de l'éco par Arjuna Andrade

Volkswagen, PSA, Renaulat : les affaires se suivent et se ressemblent. Les principaux constructeurs automobiles auraient mis en oeuvre des stratégies pour truquer leurs tests de pollution et vendre toujours plus de voitures.

Ecologie : pourquoi la technologie ne nous sauvera pas ?

La Grande table idées par Olivia Gesbert

Face à un "techno-solutionnisme" omniprésent et aux "thurifaires de la technique " qui promettent de sauver la planète par la technologie, Philippe Bihouix nous rappelle la réalité bien matérielle et consommatrice du numérique et des nouvelles technologies.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.