La généalogie du libéralisme autoritaire

Face à la crise de la gouvernabilité qui touche les années 1970, quelles stratégies de management pour contrôler le citoyen sans en avoir l'air ? On explore ces méthodes encore d’actualité avec Grégoire Chamayou, chercheur au CNRS, auteur de "La société ingouvernable" (La fabrique, 2018).

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/comment-se-rendre-ingouvernable

Après une très remarquée Théorie du drone (La Fabrique, 2013) où il montrait comment cette nouvelle arme a changé en profondeur la notion même de guerre, il revient aujourd’hui avec La société ingouvernable  (La Fabrique, 2018). 

Un anti-guide de management, un essai de philosophie politique où ce chercheur montre comment dans les années 1970 aux Etats-Unis et en Grande Bretagne s’est opérée – par le haut - la reprise en main d’un système de gestion qui commençait à se fissurer.

[Hayek disait :] « Je préfère un dictateur libéral à un régime démocratique sans libéralisme. » […] Le leitmotiv de Hayek, c’est que la démocratie est  animée d’un mouvement qui tend vers le totalitarisme.    
(Grégoire Chamayou)

Face aux revendications croissantes - revendications ouvrières, ethniques, écologiques... - les milieux d’affaire se sentent plus que jamais menacés, contraints de trouver des stratégies qui, du contrôle dur à la manipulation douce, leur permettent de conserver leur pouvoir face aux Etats et leur place dans l'opinion.

D’un côté, des économistes néolibéraux qui veulent […] déréaliser  l’entreprise pour la dépolitiser. De l’autre, des penseurs qui traitent  l’entreprise comme une machine de guerre.    
(Grégoire Chamayou)

En pleine crise de la gouvernabilité, face à la contestation, des « arts nouveaux de gouverner » ont été élaborés, que Grégoire Chamayou, notre invité, nous retrace par le menu.

 

Prolonger :

LA CASTE, COMMENT S'EN DÉBARRASSER ? COMMENT LA REMPLACER ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.