Carrefour : un actionnaire propose d'abandonner les dividendes pour sauver l'emploi

Face au PDG de Carrefour, un actionnaire a proposé de ne pas distribuer les dividendes pour limiter les pertes d'emplois : " Un patron, quand il fait pas bien son travail, on lui donne pas du fric en plus." Par Pierre Tremblay

https://www.huffingtonpost.fr/2018/06/15/face-au-pdg-de-carrefour-cet-actionnaire-a-propose-dabandonner-son-dividende-pour-limiter-les-pertes-demplois_a_23460071/

CARREFOUR - C'est une idée qui n'a pas rallié nombre de ses homologues. Vendredi 15 juin, les actionnaires de Carrefour se sont réunis dans un climat particulièrement tendu à Aubervilliers, alors que des milliers d'emplois seront supprimés par la multinationale française.

Des licenciements qui surviennent alors même que le PDG sortant, Georges Plassat, touche un total de 17 millions d'euros après son départ, avant d'engranger pour sa retraite une rente à vie de 500.000 euros par année. Ce paradoxe a choqué de nombreux salariés, qui n'ont pas manqué de manifester leur mécontentement durant l'AG, comme a pu le constater notre reporter sur place.

Mais les employés ne sont pas les seuls à s'opposer aux rémunérations importantes des PDG actuel et sortant. Certains actionnaires ont aussi poussé un coup de gueule durant la réunion. L'un d'eux, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article, a même proposé d'abandonner son dividende pour éviter des pertes d'emplois.

"Moi, je suis prêt à abandonner mon dividende cette année", a déclaré Jean Richard, (petit) actionnaire et chirurgien-dentiste à la retraite, sous les applaudissements des quelques dizaines d'employés syndiqués présents dans la salle. "Mais attention, j'aimerais bien aussi que les administrateurs, ceux qui touchent des gros paquets, comme ils ont failli, abandonnent aussi (leur dividende)", s'est permis l'homme face au PDG de l'entreprise, Alexandre Bompard.

À la sortie de l'AG, l'actionnaire a dénoncé au HuffPost une "gouvernance inadmissible". "Un patron, quand il fait pas bien son travail, on lui donne pas du fric en plus", explique Jean, tout aussi choqué par une "retraite à prestation définie": "Quand on gagne bien son argent, bah on en met de côté!".

Arrivé il y a mois d'un an à la tête de Carrefour, Alexandre Bompard a donc vécu une première assemblée générale mouvementée. Devant l'émotion suscitée, l'ex-dirigeant de la FNAC a annoncé qu'il allait faire des propositions au conseil d'administration concernant sa propre indemnité de départ, versée au terme de son mandat, qui court jusqu'au 31 décembre 2020, afin qu'elle ne "fasse pas débat".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.