John Rawls

La France est en retard sur Rawls. Son œuvre majeure, Théorie de la justice est paru en anglais en 1971 et ce livre a eu aussitôt un énorme retentissement. En 1980, on a écrit un livre entier afin de recenser la bibliographie des ouvrages et des articles savants qui lui avaient été déjà consacrés au cours de la seule décennie « 70 ».

https://www.franceculture.fr/emissions/avoir-raison-avec/avoir-raison-avec-john-rawls

Un de ses critiques, Robert Nozick a écrit : « C’est une fontaine d’idées lumineuses, intégrées en une belle totalité. Les philosophes politiques doivent dorénavant travailler dans le cadre de la théorie rawlsienne, ou alors expliquer pourquoi ils ne le font pas. » Alain Boyer, invité du premier épisode écrit qu’il s’agit « du livre de philosophie le plus diffusé, le plus cité et le plus commenté du XXème siècle, toutes catégories confondues, en quelque langue que ce soit. »

Et nous qui croyions que c’était le cas de Sartre, de Heidegger ou de Foucault… 

Dans notre provincialisme, il nous a fallu attendre 16 ans pour pouvoir disposer d’une traduction de cette œuvre magistrale et majestueuse. On la doit à Catherine Audard, traductrice attitrée par l’œuvre entière de John Rawls. Elle sera avec nous mercredi et vendredi.

Pourquoi ce retard ? Peut-être parce que, en 1971, lorsque est parue A Theory of Justice, le livre de Rawls a été étiqueté « social-démocrate ». Il ne s’inscrivait pas dans la logique de la lutte des classes marxiste et prétendait, au contraire, nous proposer un « consensus par recoupement raisonnable » permettant de surmonter les antagonismes par le recours à la raison. Et il prétendait conjuguer, dans un système cohérent, les vertus du libéralisme politique et un audacieux objectif d’égalité sociale, à travers une reformulation de la justice distributive. 

Nous allons voir, tout au long des émissions de cette série, en quoi « la justice comme équité » tient ou non cette promesse. 

Brice Couturier est journaliste pour le magazine Le Point et producteur à France Culture depuis 1985 (Cause commune, Du grain à Moudre, Les Matins, Le Tour du monde des idées). Il est également auteur de Une scène  jeunesse (Autrement,  1983), Macron, un président philosophe (2017) et 1969, année fatidique (2019).

 

Prolonger :

L’École de Francfort

Theodor W. Adorno, Walter Benjamin, Max Horkheimer, Herbert Marcuse, puis Jürgen Habermas : voici les philosophes et intellectuels qui nous accompagneront cette semaine pour retracer l'histoire de ce groupe d'hommes allemands, qui, dès 1923, se sont regroupés dans l'Institut de recherche sociale de l'université de Francfort pour mettre au point une théorie critique.
L'histoire de l'École de Francfort est celle de la possibilité pour la philosophie de proposer une critique sociale du capitalisme, et d'interroger la possibilité pour les chercheurs et intellectuels de s'insérer de manière directe dans leur temps, jusqu'à aujourd'hui...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.