Macron & Le Pen : bientôt inséparables ?

Le duo s'affirme en vue des municipales. Macron relance l'identitaire et culpabilise les classes modestes dans le vote d'extrême-droite. Il prétend que les " bourgeois " ne votent pas pour le RN parce qu'ils ne sont pas confrontés aux étrangers. Mais c'est sa politique de paupérisation et de précarisation, comme Hollande et Sarkozy, qui fait le succès de Le Pen. Pas les migrants.

https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/emmanuel-macron-veut-regarder-le-sujet-de-l-immigration-en-face-et-ne-pas-etre-un-parti-bourgeois_3619331.html

Il ne faut confondre l'effet et ses causes. C'est ce que fait malheureusement la communication et le discours présidentiel pour tromper son électorat et amener le centre gauche à admettre la stigmatisation de l'altérité comme une nécessité politique, une obligation de classe, de la classe "bourgeoise", à se montrer solidaire avec des personnes qu'ils ignorent. Quel concentré de préjugés :

Emmanuel Macron a donné les grandes lignes de la deuxième partie du quinquennat. Lundi 16 septembre, le chef de l'Etat a affirmé à sa majorité qu'il fallait regarder le sujet de l'immigration "en face" et ne pas être "un parti bourgeois" car ce sont les classes populaires "qui vivent avec" et ont migré vers l'extrême droite.

"C'est un sujet en soi qu'il faut prendre avec maturité et calme. La France a toujours été une terre d'immigration", a affirmé, selon des participants, le président devant quelque 200 parlementaires et membres de sa majorité, quinze jours avant le débat parlementaire sur l'immigration prévu les 30 septembre et 2 octobre.

"La gauche n'a pas voulu regarder ce problème"

"La question est de savoir si nous voulons être un parti bourgeois ou pas. Les bourgeois n'ont pas de problème avec cela : ils ne la croisent pas. Les classes populaires vivent avec, a-t-il souligné. La gauche n'a pas voulu regarder ce problème pendant des décennies. Les classes populaires ont donc migré vers l'extrême droite."

"Vous n'avez qu'un opposant sur le terrain : c'est le Front national (devenu Rassemblement national). Il faut confirmer cette opposition car ce sont les Français qui l'ont choisie. Il y a deux projets : celui du repli, tout faire peur ou bâtir une solution ouverte mais pas naïve", a-t-il conclu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.