Êtes-vous riche ? Adèle Cailleteau - Sciences humaines

A propos de : Anne Brunner et Louis Maurin (dir), " Rapport sur les riches en France " , Observatoire des inégalités, juin 2020.

https://www.scienceshumaines.com/etes-vous-riche_fr_42554.html

Les pauvres font l’objet de très nombreux travaux scientifiques et on utilise fréquemment la notion de « seuil de pauvreté ». Mais qu’en est-il des riches et à partir de quel niveau de revenu et de patrimoine en fait-on partie ? L’Observatoire des inégalités vient de proposer deux « seuils de richesse ». Le premier est fixé à deux fois le revenu médian, soit 3 470 euros mensuels pour une personne seule après impôts. Un peu plus de 5 millions de personnes, soit 8 % de la population française, sont donc riches en revenus. Mais la richesse, c’est aussi le patrimoine : les 10 millions de personnes vivant dans des ménages détenant au moins le triple du patrimoine brut médian, soit plus de 490 000 euros, sont considérées comme riches en patrimoine. Ces seuils de richesse ne sont toutefois qu’une entrée « dans le club des privilégiés », tant les disparités sont grandes en son sein : les 1 % les plus riches de la population ont un niveau de vie équivalent à 15 000 euros par mois, quand le revenu mensuel des ultrariches dépasse le million. Les chercheurs revendiquent cette définition large de la richesse pour ne pas invisibiliser une partie des classes favorisées qui se fait appeler « classes moyennes supérieures », se dédouanant ainsi, selon le rapport, de la solidarité envers les classes moyennes et inférieures.

 

Voir ég. Le Figaro :

Visualisez si vous êtes riche, aisé, «moyen», «populaire» ou pauvre  Par Caroline Piquet et Service Infographie  Publié le 16 avril 2014

INFOGRAPHIE - L'Observatoire des inégalités a défini de nouveaux seuils pour définir les catégories des Français. Vérifiez à quelle classe sociale vous appartenez.

parite, hommes, femmes, ecart de salaire, entreprises sanctionnees

 

La rédaction [du Figaro] vous conseille

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.