Les sondages participent-ils à la banalisation d'une pensée fasciste ?

Guillaume Erner s'interroge ce matin sur le biais et la contribution des sondages à entretenir et encourager l'opinion à accepter la dérive dun discours fascistoïde qui ne répond pas aux attentes raisonnables d'un peuple démocratique. Il prend pour exemple un sondage SOFRES du Figaro qui conforte la politique stigmatisante de l'altérité.

https://www.franceculture.fr/emissions/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner/lhumeur-du-matin-par-guillaume-erner-mercredi-17-janvier-2018

 

" Prenons garde à ne pas dresser autour de nous des frontières mentales encore plus injustes que les frontières politiques. "

 

Le sondage du Figaro faisant l'objet de la chronique de Guillaume Erner :

" Sondage exclusif : sécurité, immigration et emploi en tête des priorités des Français "

Les Français qui ne se reconnaissent pas dans ce sondage peuvent demander un droit de réponse au Figaro (Décret n°2007-1527 du 24 octobre 2007 relatif au droit de réponse)

 

Ce sondage SOFRES qui tend à justifier la stigmatisation des étrangers  est à rapprocher du sondage publié début décembre qui montre la convergence de la politique LREM avec le discours de Laurent Wuaquiez :

" Sondage exclusif : ce que les Français attendent de la droite "

 

C'est ainsi que naît le débat du "facho de service" que soulève lui-même Gérard Collomb (il peut démissionner si cela le gêne vraiment). Le ministre de l'intérieur n'est qu'un paravent - comme le sont tous les ministres - selon le Monde : Macron, le DRH de la République  France, lundi 18 décembre 2017, p. 8

Macron - Wauquiez, un copier-coller ?

 

Prolonger :

Critique philosophique du discours d'Emmanuel Macron : Le Journal de la philo : Mercredi 17 janvier 2018 par Géraldine Mosna-Savoye

Macron à Calais: avec ou contre lui Par Ellen Salvi

Alors que sa politique migratoire est critiquée de toutes parts, y compris par ses proches, Emmanuel Macron s’est rendu mardi à Calais, où il a posé ses conditions aux associations. Toute la journée, il a tenu un discours de fermeté derrière lequel a transparu son incapacité à souffrir la contestation.

 

Mise à jour :

Les Français favorables à l’utilisation de la force

Score.jpg

Selon un sondage Odoxa publié le 5 janvier dernier, 56% des Français interrogés se déclarent favorables au recours à la force si nécessaire pour déloger les zadistes contre 43% qui y sont opposés. 20% se déclarent même « très favorables » alors que seulement 15% y sont « tout à fait opposés ».

Découvrez les résultats du sondage en cliquant ici

Notre-Dame-des-Landes : six Français sur dix encouragent Collomb à utiliser la force

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.