Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Lien 17 avr. 2019

Reconstruire Notre-Dame en 5 ans ?

Hier soir, lors de son allocution en direct, le président de la République a affirmé sa volonté de voir Notre-Dame reconstruite en cinq ans. Une telle promesse est-elle réellement tenable ? Par Anne-Sophie Lesage-Münch

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.connaissancedesarts.com/archi-jardin-et-patrimoine/reconstruire-notre-dame-en-5-ans%E2%80%89-11119101/

6 minutes d’allocution et une déclaration choc qui fait déjà polémique : « Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore et je veux que ce soit achevé d’ici cinq années ». Si la détermination d’Emmanuel Macron a de quoi nous rassurer quant à l’engagement de l’État pour le sauvetage de Notre-Dame, les délais semblent bien courts alors que l’on parlait jusque-là de 10 à 20 ans de travaux minimum pour ce chantier qui s’annonce d’ores et déjà pharaonique. Cinq années peuvent-elles suffire pour procéder à toutes les expertises et analyses nécessaires, déterminer les grands axes de la rénovation, statuer sur les modalités de restitution de la charpente, programmer les travaux et mener à bien ces derniers dans des conditions de sécurité optimales ? Faut-il que la renaissance de Notre-Dame se fasse dans la joyeuse cacophonie des Jeux olympiques de 2024 ? L’équipe de communication de la cathédrale se réjouit, quand les historiens d’art, les architectes et les professionnels des métiers du patrimoine s’interrogent sur la sagesse d’une telle décision. De fait, en matière de patrimoine, et plus particulièrement de restauration de bâtiment illustre, la précipitation est toujours source d’inquiétude. (...)

L’un des temps forts de la réflexion qui doit à présent être menée va concerner l’édification d’une nouvelle charpente dans le respect de la Charte de Venise qui précise notamment, à l’article 9, que toute restauration « a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques ». Faudra-t-il opter pour des techniques modernes de construction et préférer au bois le béton ou le titane, une option défendue notamment par l’architecte Jean-Michel Wilmotte et dont la mise en œuvre pourrait, certes, être plus rapide. Quid de la flèche de Viollet-Le-Duc et de la portion de voûte effondrée ? Seule une étude approfondie de la structure, et non l’urgence imposée de la reconstruction, devra répondre à cette question.

Un autre aspect de la déclaration du président pose question. Tel un roi bâtisseur, ce dernier affirme en effet que Notre-Dame sera « encore plus belle » au terme de sa rénovation. Quel est donc ce niveau de beauté auquel un tel fleuron de l’architecture, qui conjugue toute la multiplicité des arts, n’était pas déjà parvenu ? Si le XXIe et ses innovations techniques vont heureusement contribuer à l’histoire de Notre-Dame, doit-il se fixer pour but de faire mieux que les maîtres d’œuvre du passé au risque de trop vouloir s’approprier un symbole éternel ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac