Un 2° tour Mélenchon Macron

L'enjeu des primaires du PS est de savoir s'il sera possible de faire une liste commune de la gauche pour les présidentielles. Valls est l'homme de trop qui rend ce projet impossible. Pour l'instant, seul Hamon a répondu assez positivement à l'appel de Filoche sur Arrêt sur Image.

 

Il semble que le rejet du quinquennat permette déjà de penser que l'électorat se portera sur la droite du PS et la gauche du PS.  

Ceux qui défendent aujourd'hui le bilan du quinquennat à la primaire du PS se placent à droite (ANI, loi travail, ...). Il devient assez hypothétique que le PS soit encore capable de faire l'unité à gauche comme l'affirme Cambadélis, auquel cas il est difficile de comprendre l'abandon de Hollande. 

S'il est improbable que Poutou ou Arthaud passent le premier tour, leur score signalera le regain ou le reflux d'une attente pour le respect des fondamentaux de gauche, dont les qualifiés du second tour devront tenir compte .

Restent donc Macron, d'une part, et Mélenchon, d'autre part.

Macron se déclare très clairement comme n'étant pas de gauche. Il est donc de droite. Il s'affirme comme le favori de la droite modérée, du centre et de la gauche modérée. 

Fillon et Le Pen se neutralisent. Ils ont des programmes trop proches.

L'absence d'Hollande ou de Sarkozy réduit notamment l'effet du vote sanction profitant à Le Pen. La possibilité d'une victoire du Front national en est d'autant réduite.

Reste un possible 2° tour Le Pen - Fillon si l'électorat de gauche ne se mobilise pas au premier tour.

Mais pour qui voter quand la confusion est telle à "gauche" qu'il est difficile de la distinguer de la droite ?

Se démarque nettement Mélenchon. Il est donc le seul candidat de gauche pouvant espérer, à l'heure actuelle, passer le premier tour ; s'il fait un effort pour mobiliser les électeurs de gauche.

Or, son style et son action ne parviennent pas à faire l'unanimité.

Il ne peut pas l'ignorer. Le fait-il exprès ? On a du mal à comprendre.

Il a une chance raisonnable qu'il ne saisit pas en continuant à tonitruer, ce qui dissuade une partie de son électorat potentiel. Pourquoi ?

En continuant à communiquer comme il le fait, il arrivera 3° ou 4° derrière Fillon ou Le Pen, privant la gauche de 2° tour.

C'est dommage pour la gauche parce que, si un deuxième tour Macron-Le Pen ou Macron-Fillon tournera à l'avantage de Macron ; un deuxième tour Macron-Mélenchon en revanche sera beaucoup moins avantageux à Macron.

Dans le premier cas de figure Macron est le candidat modéré de la gauche, dans le second il est le candidat conservateur. Dans le premier cas Macron capte des voix de gauche, dans le second il les perd.

Ce ne sont pas tant les médias qui font la différence que la manière de communiquer et de s'adresser aux électeurs. Conclure comme Hubert Huertas le fait dans sa chronique à propos de JLM  que" Le problème, c’est qu’il devra d’abord l’emporter sous la Cinquième, et que sous la Cinquième on n'a jamais gagné jusqu'ici sans partenaires. " ; c'est ignorer l'appel de Filoche et la réponse de Hamon. 

La balle est donc dans le camp de Mélenchon. Il est normal qu'il attende le résultat des primaires PS.

L'état actuel des choses fait que la gauche a donc toujours et raisonnablement une chance d'emporter la présidentielle 2017 si Mélenchon sait ramener à lui un électorat de gauche à qui il fait peur.

Le PS qui soutient le bilan du quinquennat, au contraire, a perdu cet électorat qui regarde déjà vers Macron ; en désespoir d'avoir un candidat de gauche, sauf si la primaire PS produit un candidat gaucho-compatible.

L'intérêt du troisième débat de la primaire PS est d'identifier les candidats qui peuvent rendre possible l'appel de Filoche.

Il y a déjà Hamon et Arnaud Montebourg semble répondre aussi favorablement à l'idée.

A confirmer jeudi soir.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.