Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

230 Billets

2 Éditions

Lien 18 juin 2019

Vers la privatisation des routes nationales

Dans le cadre de la grande braderie LREM des services et domaines publics (cf. Radio France, ADP, SNCF, ...) un amendement, adopté dans le cadre de la loi Mobilité, relance le débat sur la privatisation des routes nationales. Une évolution causée par le désengagement progressif de l'Etat, qui laisse la voie libre aux intérêts privés.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouvelles-de-leco/les-nouvelles-de-leco-du-mardi-18-juin-2019

Dans le cadre de l’examen de la loi mobilités à l’Assemblée nationale, un amendement a été adopté visant, Arjuna Andrade cite, à  « faire porter, par une délégation de service public, la création ou l’aménagement d’infrastructures à gabarit routier afin de faciliter, sécuriser ou fluidifier l’accès à une autoroute ou aux itinéraires qui la prolongent » (Références)

Comprendre : donner aux sociétés d’autoroute la prise en charge des routes nationales, adossées au réseau autoroutier existant. Mais cet amendement est bien moins anecdotique qu’il n’y paraît car il signe en réalité les prémisses d’une privatisation en bonne et due forme du réseau de routes nationales.

Pour ses partisans, cette évolution vise donc à améliorer l’entretien des routes nationales, parfois en très mauvais état. L’État commence par se désengager d’une de ses missions, pour ensuite la supprimer ou la brader à des intérêts privés. On connaissait déjà ce raisonnement dans le secteur ferroviaire où l’on a commencé par réduire le nombre de trains sur les petites lignes pour ensuite les supprimer totalement, arguant de la baisse de leur fréquentation. 

Eh bien c’est ici la même logique : avec une part non négligeable du réseau routier abandonné pour des raisons de rigueur budgétaire, les sociétés privées ont eu beau jeu de se présenter comme les sauveurs providentiels de nos routes nationales... Ce qu’ils se sont donc empressés de faire.

Comme l’explique le sénateur Hervey Maurey, interrogé par France Info, « les sociétés d’autoroute partent du constat qu’aujourd’hui l’état des voiries concédées n’est pas satisfaisant. Elle se proposent donc de récupérer ces sections en échange d’une prolongation de la durée des concessions ». De vrais philanthropes en somme. 

Les sociétés d’autoroute mettent également en avant un argument budgétaire et financier. Dans leur immense mansuétude, les sociétés d’autoroute n’ont pas manqué de signaler qu’une telle prise de contrôle des tronçons restants serait une excellente affaire pour le contribuable français. 

Une note interne de l’Association des sociétés françaises d’autoroute ou ASFA explique ainsi que « le transfert de tout ou partie du réseau national est de nature à provoquer un choc budgétaire, soulageant le budget de l’État et pérennisant les capacités d’entretiens du réseau ». 

Non content de prendre à leur charge l’entretien de nos routes quotidiennes, les acteurs privés nous permettraient ainsi de réaliser de belles économies. Le président de l’ASFA a même déclaré, chevaleresque, qu’à « chaque fois que l’État déciderait d’aménager son réseau de routes nationales, les sociétés d’autoroutes seraient là ».  Nous voilà rassurés. 

Cette opération ne se ferait pourtant pas sans contrepartie. Selon un article de Marianne, il ne s’agirait pas d’une privatisation stricto sensu, puisque les sociétés d’autoroute prendraient à leur charge l’entretien des tronçons de routes nationales et obtiendraient, en échange, une hausse des tarifs des péages routiers. Ce qui reviendrait donc à faire payer l’entretien des routes nationales par les usagers des autoroutes. 

Difficile en effet d’imaginer une nouvelle prolongation de la durée des concessions, alors qu’elles ont déjà été renouvelées en 2015 et que la Cour des comptes a exprimé son opposition à une telle action. Pas d’inquiétude pour autant : le journal Marianne estime que les sociétés d’autoroute pourraient se satisfaire des travaux à réaliser sur « leurs » morceaux de routes nationales. 

Rappelons qu’Eiffage et Vinci sont non seulement des exploitants d’autoroute mais aussi, et peut-être surtout, des entreprises du BTP. Comme l'explique Marianne dans cet article, citant la journaliste Isabelle Jarjaille et son ouvrage Services publics délégués au privé : à qui profite le deal, près de la moitié des contrats passés par les sociétés concessionnaires d’Eiffage, le sont avec des filiales d’Eiffage. Un chiffre qui monte à près de 80% quand on se tourne vers Vinci. De véritables humanistes on vous dit. 

Prolonger :

Marianne : Gros sous - Chassée par la porte, la privatisation des routes nationales revient par la fenêtre LREM Par Coralie Delaume

Des amendements LREM à la loi d'orientation des mobilités (LOM), actuellement discutée à l'Assemblée nationale, ouvrent la voie à la cession par l'Etat de portions de routes nationales contiguës aux autoroutes. Le début d'un nouveau juteux business pour Vinci, Eiffage & Co ?

France Culture : Journal de 18h Radio France : forte mobilisation contre le plan d'économies

De grosses perturbations sur les antennes de Radio France. D'après le SNJ, plus des trois quarts des salariés ont cessé le travail, pour dénoncer le nouveau plan d'économies.

Médiapart : Crise à Radio France: un rapport dément les chiffres de la direction 16 juin 2019 Par Laurent Mauduit

Après la fin programmée de France 4 et de France Ô, puis le projet de suppression de Soir 3, c’est Radio France qui est menacée par un plan d’austérité de 60 millions d’euros. Mediapart révèle qu’un rapport d’expertise, réalisé pour le Comité social et économique (CSE) central du groupe, établit que la PDG de Radio France, Sibyle Veil, a présenté des simulations financières insincères. Un préavis de grève a été déposé pour mardi 18 juin.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
A Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky