La question de la responsabilité en matière de crime de guerre

Yémen: la bombe qui a tué 51 personnes (dont 40 enfants) vendue par les USA - AFP Publié le samedi 18 août 2018 à 11h32 - Mis à jour le samedi 18 août 2018 à 11h32

http://www.lalibre.be/actu/international/yemen-la-bombe-qui-a-tue-51-personnes-dont-40-enfants-vendue-par-les-usa-5b77e72055324d3f14041f83

La bombe qui a tué 51 personnes, dont 40 enfants, larguée sur un bus dans un raid aérien attribué à la coalition menée par l'Arabie saoudite dans le nord du Yémen, a été commercialisée par les Etats-Unis dans le cadre d'un accord entre le département d'Etat et Ryad, selon CNN. Des images montrant des chiffres sur des éclats d'obus, filmées peu après cette attaque jeudi 9 août à Saada (fief des rebelles), indiquent qu'il s'agissait d'une bombe Mark 82 (Mk 82) à guidage laser de précision, conçue par l'entreprise de défense américaine Lockheed Martin, a précisé vendredi la chaîne, citant des experts en armement.

L'ancien président Barack Obama avait interdit la vente de bombes guidées à l'Arabie saoudite après l'usage d'un type d'arme similaire dans un raid aérien qui avait fait 140 morts lors d'une cérémonie funéraire dans la capitale Sanaa, en octobre 2016. Mais Donald Trump a levé cette interdiction après sa prise de fonction en 2017.

Cinquante-six enfants se trouvaient également parmi les 79 personnes blessées le 9 août dans la province de Saada, d'après le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

La coalition a été accusée d'avoir commis de nombreuses bavures contre des civils. Elle a admis sa responsabilité dans certains raids mais elle accuse régulièrement les rebelles Houthis de se mêler aux civils ou de les utiliser comme boucliers humains.

La guerre au Yémen a fait quelque 10.000 morts depuis l'intervention de la coalition sous commandement saoudien en mars 2015 et elle a provoqué "la pire crise humanitaire" au monde, selon l'ONU.

AFP

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.