Capitalocène, marketing et marché : gaspillage, corruption et faux besoins

"Les besoins artificiels - Comment sortir du consumérisme" par Razmig KEUCHEYAN : Le capitalisme engendre des besoins artificiels . Celui de s’acheter le dernier iPhone, par exemple, ou de se rendre en avion dans la ville d’à côté. Ces besoins sont aliénants et écologiquement néfastes. Leur prolifération aggrave l’épuisement des ressources naturelles et les pollutions.

https://editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_besoins_artificiels-9782355221262.html

À l’âge d’Amazon, le consumérisme atteint son « stade suprême ». Ce livre soulève une question simple : comment couper court à cette prolifération de besoins artificiels ? Comment sortir par là même du consumérisme capitaliste ? La réflexion s’appuie sur des chapitres thématiques, consacrés à la pollution lumineuse, à la psychiatrie de la consommation compulsive ou à la garantie des marchandises, pour élaborer une théorie critique du consumérisme. Elle fait des besoins « authentiques » collectivement définis, en rupture avec les besoins artificiels, le cœur d’une politique de l’émancipation au XXIe siècle.

Chemin faisant, le livre évoque la théorie des besoins de Karl Marx, André Gorz et Agnes Heller. Pour ces auteurs, les besoins « authentiques » ont un potentiel révolutionnaire. Comme disait Marx, « une révolution radicale ne peut être que la révolution des besoins radicaux ».

 

Prolonger :

La Grande table idées par Olivia Gesbert : France culture " De quoi avons-nous vraiment besoin ? "

Small is beautiful — Wikipédia

Anoxie (eau)

Thermohaline circulation

Les océans et le droit de la mer

Un traité international pour la protection des océans | Les Echos

Capital et idéologie  Thomas Piketty

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.