Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Billet de blog 19 mars 2015

La loi Urvoas sur le renseignement s'inscrit dans la dérive antidémocratique de la politique actuelle

La presse rapporte les grandes lignes du projet de loi que Jean-Jacques Urvoas (PS), enseignant en droit, propose au gouvernement (PS) de faire adopter par la majorité (PS). Cette loi est le dernier avatar d'un phénomène politique, qui joue de la confusion et procède de l'emprise anormale des considérations économiques dans le champ juridique ; pour aboutir à un mépris du droit lui-même.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La presse rapporte les grandes lignes du projet de loi que Jean-Jacques Urvoas (PS), enseignant en droit, propose au gouvernement (PS) de faire adopter par la majorité (PS). Cette loi est le dernier avatar d'un phénomène politique, qui joue de la confusion et procède de l'emprise anormale des considérations économiques dans le champ juridique ; pour aboutir à un mépris du droit lui-même. L'envahissement du droit par des considérations qui lui sont étrangères est la cause des régressions démocratiques. Cette logique trouve dans le "terrorisme" un prétexte pour imposer encore plus vite cette régression du droit, alors que la nature économique du "terrorisme" est occultée du débat et qu'elle permet des moyens efficaces pour le prévenir sans avoir à menacer les droits fondamentaux. La loi Urvoas fait régresser les droits fondamentaux sans que cela soit justifié. Elle témoigne d'une même inspiration et des mêmes effets que la la loi Macron, puisqu'elles emportent une atteinte à la démocratie, une régression que l'on retrouve au niveau européen dans l'accord transatlantique.   

Les actes criminels qualifiés de "terroriste" participent à la promotion d'une politique régressive en matière de droits de l'Homme, comme la dette publique sert de prétexte à la régression des droits sociaux économiques et culturels, qui sont également des droits de l'Homme.

L'origine des causes du terrorisme sont dans la manipulations des populations dans les luttes d'influences des blocs. La chute du bloc soviétique a peut-être suspendu l'opposition des blocs mais elle n'a pas éteint les foyers que celle-ci a allumés ou entretenus, voire développés. Les motifs de tensions sont restés avec les moyens et les compétences décuplés qu'ont apportés et transmis des "conseillers".

La dimension de l'analyse économique du phénomène criminel est peu débattue dans la lutte que prétendent mener les autorités contre le "terrorisme".

Le but de toute activité criminelle est pourtant une recherche de gains, de profits, comme celle d'une activité commerciale, dont elle se différencie par la volonté de s'émanciper des règles de droit, en se plaçant dans l'illégalité.

La criminalité est une forme brutale d'économie, voire de politique, et il n'y a pas d'incompatibilité "économique" entre ce qui est légal, ou paraît l'être, et ce qui ne l'est pas. L'Allemagne a connu un régime politique criminel dont l'économie reposait sur le vol, la spoliation, l'esclavage et la négation de la dignité jusqu'à l'organisation industrielle de la disparition de groupes de population. Cela n'a pas empêché de grandes entreprises, qui prospèrent encore aujourd'hui, de contracter avec ce régime criminel, de faire des affaires et de s'enrichir.

Ce n'est donc pas l'économie qui pose les limites entre ce qui est criminel ou ce qui est commercial, mais bien seulement le droit. D'où la dangerosité à voir aujourd'hui des lois adoptées par et pour des motifs économiques qui font régresser l'efficacité des droits, à commencer par les droits de l'Homme dans les pays riches.

La régression de l'empire du droit et l'abdication de la rigueur juridique participent à l'extension et au succès des comportements criminels.

La présence de la France au Mali coïncide avec une partie du Sahara qui est un carrefour de trafic de drogues à destination de l'Union européenne (Le Monde diplomatique : Trafic de cocaïne, une pièce négligée du puzzle sahélienMali, Afghanistan, les leçons oubliées ; Le Monde : Le Mali, carrefour en devenir du trafic de cocaïne). Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux journalistes de RFI, y ont été assassinés. Le trafic d'armes qui se fait au Nord-Mali est approvisionné par les ventes concédées aux régimes de la région dont le principal acheteur a été renversé par ses fournisseurs. Les troupes françaises ont été envoyées contre les bandes armées qui se livrent à ces trafics, le trafic n'étant qu'un commerce illicite, une contrebande. Le "terrorisme" malien s'inscrit dans la logique de la criminalité organisée internationale qui n'hésite pas à s'inscrire dans les registres du commerce des grandes capitales européennes.

La dimension commerciale de l'activité criminelle des organisations qualifiées de "terroriste" a été confirmée par l'ambassadrice de l'Union européenne révélant que des pays de l'Union commercent avec "l'état islamique", en s'approvisionnant auprès de lui, notamment en pétrole (Du pétrole de l'Etat Islamique acheté par des pays européens).

Le commerce s'exonère de la politique en proportion avec laquelle l'Etat déserte sa fonction normative. Général Motors décide de fermer ses usines en Russie, non pas en raison du blocus décidé par les USA contre la guerre en Ukraine et les violations du droit international, mais à cause de la baisse de ses ventes (RTS : General Motors se retire de Russie en fermant son usine Opel). Des entreprises ne répugnent pas à faire travailler des enfants, une main d'oeuvre contrainte ou passer par des réseaux criminels pour assurer leurs approvisionnements en matières premières (diamant du sang, du sang dans nos portables). Le drame du Rana Plaza à Dacca en 2013 rappelle celui de la société Triangle à New-York en 1911. Les mêmes causes ont produit les mêmes effets. Le progrès, dans le siècle écoulé entre les deux drames est nul, sinon que le nombre des victimes a été décuplé. Les abus prospèrent sur l'absence de normes.

L'intervention de la France au Mali, pour lutter contre le "terrorisme", révèle cette contradiction politique d'un discours à invoquer le droit  tout en abdiquant aux réalités du commerce (Algérie Watch : Le président malien accuse l'Otan).

Le "terrorisme" est un objet politique, bien plus qu'un phénomène criminel, qui permet d'entretenir une confusion entre la sécurité, le droit et le commerce. Le terrorisme prospère dans le sillage d'un discours qui réduit le droit à sa théorie, à des déclarations de principes ou de bonnes intentions, au profit du Marché, de l'économie. 

Cette confusion, de l'économique comme prescripteur du droit, a des incidences qui dépassent la seule prévention criminelle, puisqu'elle s'étend à des domaines qui sont licites et sert même de prétexte à la régression des droits fondamentaux, au mépris du droit qui l'interdit.

L'activité législative montre, qu'au delà du "terrorisme", la confusion entre l'économique et le juridique légitime l'atteinte à la liberté de la presse ou inspire la consécration internationale de fantaisies, comme le "droit des investisseurs" ; parce que l'argent n'est pas créateur de droit. Il ne peut pas y avoir de "droit des investisseurs" à moins de considérer que le principe d'égalité est caduc et d'admettre que celui qui a de l'argent aurait plus de droits que celui qui en a moins, ou peu ou pas du tout. Cela peut expliquer le discours antisocial au prétexte, en le résumant, que les pauvres coûtent trop chers et justifie l'évasion fiscale.

Swiss Leaks a démontré comment cette confusion l'emporte sur le droit au point d'établir que les mécanismes d'évasion fiscale sont les mêmes que ceux du financement de la criminalité organisée, qualifiée de "terrorisme" (HSBC Suisse abritait l’argent des trafiquants et du terrorisme, selon une investigation vertigineuse). La corruption et le blanchiment d'argent sale mettent en oeuvre les mêmes mécanismes.

Cette porosité de l'activité économique et de la criminalité s'est illustrée dans l'intégration des revenus de la prostitution et du trafic de drogue au calcul du PIB  (Le PIB soutenu par la drogue et la prostitution - Courrier international, Calcul du PIB : Bruxelles pousse à intégrer drogues et prostitutionLa prostitution et la drogue bientôt prises en compte dans le PIB, Au Royaume-Uni, la drogue et la prostitution ont contribué au PIB, La drogue et la prostitution dans le calcul du PIB européen, Comment la drogue et la prostitution vont réduire la detteDrogue et prostitution augmentent le PIB espagnol de 9%, Prostitution et drogue élèvent de plusieurs milliards le PIB, La stupide décision française de ne pas inclure le trafic de drogue et ......).

Les conflits d'intérêts dans l'affaire du barrage de Fourrogues, construit malgré une décision de justice l'interdisant, et celui de Sivens ayant abouti à la mort de Rémi Fraisse, montrent la diffusion de l'abdication du sens civique au sommet de la pyramide sociale, lequel ne se prive pas de faire la leçon à la base qui n'a pas la même nocuité sociale, comme l'illustre l'affaire des hélicoptères du Kazakhstan ou l'affaire de Karachi. La corruption coûte 120 milliards d'euros par an à l'Union européenne. L'importance de cette somme porte à s'interroger sur la volonté des Etats à lutter contre la criminalité. L'argent détourné qui manque au développement ne fait que confirmer le doute.

Il y a une contradiction grave à entendre des Etats prétendre poursuivre la criminalité tout en intégrant les résultats de l'activité de celle-ci à leur PIB pour consolider leurs comptes et améliorer leur image financière.  Au-delà du droit méprisé, l'incohérence de l'action politique interpelle par un tel manque de rigueur à servir le bien-être général, qui est le but de la république, comme le consacre le préambule de la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen : " afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous. ".

Malgré le "hold-up du siècle" (ARTE) - 2000 milliards dans l'UE, 150 en France (ce qui prouve qu'il y a de l'argent et contredit les discours d'austérité) - les Etats libèrent les mécanismes financiers qui contribuent à l'activité criminelle menaçant les populations, ce que les gouvernements ne manquent pas d'invoquer. Plutôt que d'agir sur la réglementation des circuits financiers, les Etats développent un contrôle serré des populations, alors que les moyens des services de police et de renseignement permettent déjà d'identifier les personnes présentant un risque à la sécurité publique.

En effet, les frères Kouachy étaient connus (Les deux frères Kouachi connus des services de police), Amedy Coulibaly (Coulibaly a été arrêté puis laissé libre 10 jours avant ses attaques), Mehdi Nemmouche (Les ex-otages français ont reconnu en Nemmouche), Mohamed Mérah (Mohamed Merah voulait collaborer avec la police) également, ... comme c'était le cas pour certains membres des commandos du 9 septembre 2001 ( (Voir encore : Nice: le suspect connu du renseignement français). La police a les moyens déjà d'identifier les personnes à risques.

La question que pose le "terrorisme" n'est donc pas tant que la police manquerait de moyens pour identifier les personnes à risques, mais plutôt que la justice n'en a pas pour les réinsérer dans le tissu social ou que l'éducation nationale en manque prévenir le défaut d'esprit critique nécessaire à identifier les manipulations et les embrigadements. les insuffisances budgétaires amènent à s'interroger si l'Etat veut ou pas une population dotée d'un esprit critique ? Reste que le "terrorisme" est un fait social dont les causes se trouvent dans le pays d'origine de ceux qui s'y livrent. Une politique répressive qui vise à l'exclusion - voire l'élimination - ne peut qu'amplifier le phénomène.

Le projet de loi Urvoas ne répond donc pas à un problème de moyens de la police, puisque les personnes son connues, mais masque l'absence de moyens de la justice, des services sociaux, de l'éducation nationale, ...

Le doute sur la loi Urvoas est d'autant plus sérieux que les auteurs des assassinats de Paris, comme de Toulouse ou de Montauban, étaient connus des services de police, suivis et écoutés. Pouvoir écouter toute la population et pénétrer chez tous les particuliers pour y installer des équipements d'espionnage n'apportera rien et il est possible d'affirmer que c'est inutile. Il n'y a pas et il n'y aura jamais les moyens humains d'exploiter ces données, à moins de transformer la France en clone de l'Allemagne de l'Est. La loi Urvoas n'est plus une question de terrorisme mais de surveillance de la population et elle donne le signe d'un pouvoir qui a peur de ses concitoyens.

Cette peur est d'autant plus grande que la loi Urvoas est contraire à l'ordre public, qu'il appartient pourtant aux politiques d'en garantir l'efficacité selon l'article deux de la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen : " Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. ". Un député ne peut donc pas voter une loi qui fait échec aux droits de l'Homme, sans violer la Constitution. C'est d'autant moins compréhensible ou excusable avec la loi Urvoas. Le député qui propose la loi est enseignant en droit.

L'obligation du député en 2015 ne se limite aux quatre droits imprescriptibles. Ceux-ci se sont considérablement développés depuis 1789 et plus particulièrement après la deuxième guerre mondiale. La France s'est également engagée internationalement dans différentes conventions qui s'imposent et auxquelles la loi Urvoas fait échec alors que le Conseil d'État consacre la responsabilité de l'État du fait des lois contraires aux engagements internationaux.

La loi Urvoas rejoint la loi Macron puisque la régression sociale est prohibée par le droit international contraignant en matière économique sociale et culturelle. La convergence régressive de ces deux textes témoigne d'une tendance politique contraire aux valeurs fondamentales de la démocratie.

Cette tendance se manifeste dans les négociations internationales comme l'accord transatlantique, dont le mandat donné à la Commission viole le droit de l'Union, sans qu'aucun élu ne s'empare de cette évidence pour interrompre les négociations. Le souci politique de protéger les plus fragiles a disparu, à commencer par les libéraux qui ont oublié Lacordaire : «Entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c’est la liberté qui opprime, et la loi qui affranchit».

Les échecs sanglants de Paris, Montauban, Toulouse, Bruxelles, New-York ne sont donc pas dus à un manque de moyens ni à l'inadaptation du droit qui handicaperait l'action de la police. Non. Ces échecs renvoient bien plutôt à la question des compétences au sommet de la police, des choix stratégiques, de l'identification des objectifs prioritaires et de l'affectation des ressources. Il y a un manque de sérieux. L'affaire de la direction de la PJ de la préfecture de police l'illustre. Il y a même eu récidive.

Didier Hassoux expose dans le Canard de cette semaine l'ubiquité d'un fonctionnaire de police dans l'affaire de Tarnac qui fait deux PV daté du même moment sauf que l'un rapporte des faits en Seine et Marne et l'autre à Levallois-Perret, dans les Hauts de Seine ("Deux flics pour le prix d'un" 18/3/2015 p.3). L'article D2 du code de procédure pénale confère à l'autorité hiérarchique, qui ne manque pas de l'invoquer, la responsabilité de la coordination et de la transmission de la procédure. Le genre de négligence que rapporte Didier Hassoux est soulevée dans plusieurs autres affaires sans trouver, jusqu'à ce jour, de recours efficace.

Tout cela conduit donc à la plus grande circonspection sur l'action politique, en général, et la loi Urvoas, en particulier qui, à défaut d'apporter une sécurité meilleure pour les citoyens, permet à la police de les surveiller industriellement. C'est tout le contraire d'un progrès. Ce n'est pas une victoire de l'Etat de droit mais le signe inquiétant d'une capitulation. Comment s'étonner ensuite que l'électorat s'accommode d'un discours stigmatisant l'altérité, au mépris du principe du respect de la dignité, et qu'il vote pour lui ?

Ce n'est pas tant le "terrorisme" qui menace les citoyens que l'abdication de l'esprit démocratique qui préside au sommet des Etats.

Les "sages" censurent la loi sur les lieux secret-défense - Le Monde

Décision n° 2011-192 QPC du 10 novembre 2011

Ecouter :

Caroline Broué, France Culture : 17.03.2015 - La Grande table (2ème partie)

Qui sont les nouveaux rebelles ? 35 minutes

Avec Geoffroy de Lagasnerie, philosophe et sociologue. Il fait paraître "L’art de la révolte – Snowden, Assange, Manning" (Fayard, janvier 2015).

Marie Richeux, France Culture  16.02.2015 - Les Nouvelles vagues

Le secret (1/5) : Secret et politique en démocratie 59 minutes

Cette semaine, nous parlons du secret.Aujourd’hui, avec l’historien Sébastien Laurent, nous réfléchissons à la place du secret dans nos démocraties contemporaines. A la lumière des récentes révélations Swiss Leaks, nous envisageons avec lui l’usage du secret-défense, les services secrets de l’état.

18.02.2015 - Les Nouvelles vagues

Le secret (3/5) : Bienvenue sur Tor, l’internet secret 59 minutes

Troisième étape d’une semaine aux secrets consacrée.Pour notre mercredi numérique, nous recevons Lunar, membre de Tor (Tor Onion Routing), un réseau en ligne qui garantit aux utilisateurs d’Internet l’anonymat et le secret. Nous évoquons avec lui ce service qui permet d’échapper aux systèmes de surveillance mais qui favorise aussi des pratiques illégales. 

Mises à jour :

1) Ecouter  Bernard Squarcini dans  :

" C'est arrivé cette semaine David Abiker " - 21/03/15

1/ « Terrorisme, voter des lois suffira-t-il ? »

Bernard Squarcini

"Ancien commissaire de police et préfet, ancien patron de la DCRI, la Direction centrale du renseignement intérieur", reconnaît avoir agi dans l'illégalité  « pour protéger le pays au niveau de ses intérêts fondamentaux [...] Vous comprendrez bien que pour arrêter un terroriste, il n'utilise pas le cadre législatif et le code pénal » .

 2) Lire le Commissaire européen aux droits de l'Homme qui dénonce la dérive des lois du type de celle Jean-jacques URVOAS :

Sur son site du Conseil de l'Europe, il déclare, " Si elles sont adoptées par le législateur, ces propositions risquent d’avoir des effets liberticides et de créer un climat social néfaste, dans lequel tous les individus sont considérés comme des suspects potentiels. "

La Libre Belgique du 26 mars 2015 p. 20 - Entretien de Véronique Leblanc : " Conseil de l'Europe : L'obsession sécuritaire nuit aux droits de l'Homme, avertit Nils Muiznieks." : "Dans une démocratie, il est impossible d'empêcher tous les attentats.

3) Se rappeler Jens Stoltenberg, Premier ministre Norvégien après la tuerie d'Utoya du 22 juillet 2011 : «Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance

Il s'en déduit un rappel des Etats à respecter la Convention et, pour la France, un risque d'être condamnée. Le Commissaire européen a la possibilité d'intervenir dans les procédures via la tierce intervention en vertu de l'article 36 de la Convention européenne des droits de l'Homme

Lire sur la loi URVOAS :

Loi renseignement : la France veut rattraper son retard sur la NSA

19 mars 2015 |  Par Jérôme Hourdeaux

Le nouveau projet de loi sur le renseignement présenté en conseil des ministres prétend « légaliser » certaines pratiques des services tout en les encadrant. Internet est à nouveau ciblé. C'est la troisième loi destinée à lutter contre le terrorisme sous François Hollande. Certains dénoncent déjà un « Patriot Act » à la française.

Jean-Marie Delarue: la loi renseignement «affaiblit le contrôle»

23 mars 2015 |  Par Jérôme Hourdeaux

« On s’attendrait à ce que le contrôle soit renforcé par ce texte. Or, c’est l’inverse : on l’affaiblit », explique à Mediapart le président de la commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité, l’autorité administrative indépendante que le projet de loi projette de remplacer par une nouvelle entité.

Le projet de loi renseignement inquiète Reporters sans frontières

La loi renseignement inquiète le New York Times

La Parisienne Libérée: «Donnez vos données»

La loi qui muscle le renseignement (Le Figaro)

Loi 'Renseignement', extension du domaine de la programmation militaire ? (ZDNET)

Comment la France veut décupler les pouvoirs du renseignement (Next INpact)

Services de renseignement : une loi pour faciliter leur travail (RTL.fr)

Loi anti-terroriste : carte blanche pour le renseignement français ? (France 24)

Terrorisme : un nouveau projet de loi sur les renseignements (JDD)

Anti-terrorisme : ces gadgets que la nouvelle loi autorisera aux espions (Metro)

Trois gadgets des agents de renseignements pour vous surveiller (TF1)

Comment le gouvernement veut renforcer les outils des services de renseignement (RTL.fr)

Projet de loi sur le renseignement : « dangereux », « liberticide », « stupide » (Silicon)

Le projet de loi renseignement de Manuel Valls en 5 questions (Les Inrocks)

Projet de loi sur le renseignement : écoutes en temps réel et boîtes noires (Clubic.com)

Caméras, logiciels espions, filatures: ce que va changer la loi sur le renseignement (L'Express)

La France muselle le Net (ITespresso)

La loi renseignement inquiète le New York Times

Sur l'incohérence de l'influence de l'économique dans le champ juridique :

James Galbraith  La Grande Crise (2015) - Seuil

Susan George  Les Usurpateurs (2014) - Seuil

Le livre noir des banques - Editions les Liens qui Libèrent

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali