Le débat présidentiel sera sur Explicite

TF1 propose un débat pour des électeurs convaincus par les candidats que la chaîne a invités. Un discours connu que les abstentionnistes ne regarderont pas. Ils peuvent en revanche suivre le débat qu'organise la chaîne Explicite (les journalistes résistants à Bolloré). qui invitent tous les candidats méprisés par la première chaîne et qui sont porteurs d'un discours peu connu.

https://fr-fr.facebook.com/expliciteJA/

Les candidats qu'invite Explicite pour débattre sont plus susceptibles d'intéresser les abstentionnistes que les têtes d'affiche de TF1, qui monopolisent les médias et ne parviennent pas à mobiliser l'attention de l'opinion depuis des mois.

Explicte propose donc une soirée plus propice à mobiliser les déçus de la campagne - et par voie de conséquence faire reculer l'abstention - car cette chaîne va donner la parole à des personnes qui apportent justement une réponse positive aux critiques des abstentionnistes. Leur programme est différent et se démarque de ceux des têtes d'affiche que réunit la chaîne qui vend de la minute de cerveau disponible à Coca-Cola.

Annonce d'Explicite :

le 20 mars à 19h30, #LAutreDébat sur Explicite !

le 20 mars Explicite organisera l’Autre débat dans un dialogue interactif entre les candidats à la présidentielle et les Français

L’ambition est de permettre aux électeurs d’avoir accès dans la même soirée à tous les candidats qui auront reçu les parrainages nécessaires à leur candidature. Ainsi chacun pourra entendre les arguments de tous les candidats et grâce à Explicite les interpeller directement.

... Afficher la suite

Mises à jour :

20 mars

France culture :

Voici ce que disent les six candidats que vous n'entendrez pas ce soir

Nicolas Dupont Aignan répond aux journalistes au journal de 12 heures 30

Radio France international

Présidentielle française: un débat inédit entre les cinq «principaux» candidats

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.