Abstention normale

Les législatives n'ont pas mobilisé. Mais à quoi ont servi les députés des dernières législatures sinon de boîte aux lettres de l'exécutif ? Lequel exécutif en la personne du nouveau président, avec les ordonnances, promet déjà, avant même qu'elle ne se rassemble, de se passer de l'Assemblée.

Les dernières législatures ont montré le peu d'intérêt du législateur à s'affirmer face à l'exécutif.

Il s'est mis au garde-à-vous pour approuver l'idée, lors du Congrès, de la déchéance de nationalité.

Il a voté des lois au mépris de l'opinion et du droit (cf. les nombreuses lois liberticides et la régression sociale).

L'Assemblée nationale n'a jamais donné l'impression d'exister dans l'élaboration de la norme mais d'être plutôt le supplétif de l'exécutif.

Il n'y a dès lors rien d'étonnant à ce qu'une majorité d'électeurs ne se soit pas sentie motivée à se déplacer pour aller désigner un représentant dans une assemblée formelle dont le doute sur l'utilité n'a fait que s'accroître au fur et à mesure que les députés abdiquaient de leurs engagements électoraux.

Cet aspect du débat est ignoré des commentateurs.

La nouvelle Assemblée et les nouveaux groupes seront peut-être observés à l'aune de ce critère et risquent d'être encore plus sanctionnés que les autres aux prochaines législatives.

Souchon chante "Le dégoût" depuis 1978. La perspicacité du poète ?

nb : l'importance des bulletins blancs et nuls est également assez peu prise en compte.

____________

Site du ministère de l'intérieur : Elections législatives 2017

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.