https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/start-ou-etat-plateforme-macron-des-idees-du-17eme-siecle

Des idées très anciennes

(...)1 sous couvert de modernité, il ne s’agit pas là d’idées neuves. Elles sont même très anciennes, si on prend la peine de les remettre en perspective dans une histoire plus longue. C’est la lecture de “La Gouvernance par les nombres” recueil des cours que le grand théoricien du droit Alain Supiot a donnés au Collège de France entre 2012 et 2014, qui permet de le comprendre.

Alain Supiot montre que l’idée de gouverner par les nombres - donc par la raison, le calcul - remonte à Hobbes, donc au 17ème siècle. Dès les premières pages du “Léviathan”, c’est sur le modèle de la machine que Hobbes imagine le gouvernement des hommes.

A ECOUTER Du gouvernement par les lois à la gouvernance par les nombres (les Cours du Collège de France)

En guise de machine, c’est l’horloge et les automates qui s’inspirent de l’horlogerie qui prévalent chez Hobbes - on rêve toujours les machines selon les technologies de son époque. Mais c’est une rupture majeure dans l’imaginaire philosophique, juridique et politique. Non seulement Hobbes a, selon les mots de Supiot établi un “imaginaire normatif qui est encore largement le nôtre : celui qui se représente le gouvernement des hommes sur le modèle de la machine.” Mais il a aussi ouvert la voie à une tournure d’esprit considérant à adapter l’imaginaire normatif aux technologies de son époque. Ainsi, dès les années 1950, les textes de Norbert Wiener sur la cybernétique et la société prirent modèles sur les ordinateurs et l’informatique pour imaginer une réforme en profondeur de l’art de gouverner (et je vous rappelle que ce modèle faillit être mis en place sous le gouvernement de Salvador Allende). En rêvant à un Etat-plateforme, Emmanuel Macron ne fait que s’inscrire dans cette tradition : il imagine le gouvernement des hommes selon la technologie à disposition à son époque, celle qui marche, celle qui a du succès : la plateforme numérique. Aucune révolution là-dedans, donc, mais la reformulation d’une lubie qui date du 17ème siècle, et d'ailleurs, ce n'est pas un hasard qu'il se qualifie lui-même de "maître des horloges", expression étrange qui trouve tout à coup sa pleine justification....

L'humain "machinisé"

Mais en quoi est-ce un problème ? Pour ça, il faudrait résumer les 500 pages du livre d’Alain Supiot, ce qui m’est impossible à cause du temps scandaleusement court qui m’est alloué pour des raisons que je ne m’explique toujours pas. Mais disons qu’entre la perte du sujet, l’affaiblissement de l’Etat, l’inversion de la logique privée/publique, l’inféodation des personnes… les réserves à adresser à ce type de modèle sont nombreuses et anciennes. Car, à un moment ou à un autre, c'est toujours l'humain qui se trouve machinisé. Pourquoi ne pas tenir compte de ces réserves ? Surtout quand le modèle machinique invoqué n’est pas seulement un système technique - comme l’automate de Hobbes - mais un modèle économique.

Mais on pourrait adresser à Emmanuel Macron une autre question : quitte à puiser dans la technologie de son époque le modèle d’un gouvernement, pourquoi emprunter celui des plateformes et des start-up ? Parce que ce modèle des plateformes numériques est en lui-même problématique : avec des airs de suppression des intermédiaires, de rapport direct avec l’usager, de rationalité et d’économie, il crée d’autres systèmes de rente, d’autres soumissions, d’autres folies. Après tout, quitte à puiser un modèle dans ce que nous permet la machine, il y a autre chose. Pourquoi ne pas aller voir quelles formes de gouvernement nous pourrions puiser du logiciel libre (“l’Etat logiciel libre”, ç’aurait de la gueule, non ?) ? Ou même du wiki, comme espace de partage et de co-élaboration (“Le wiki-état”, pas non plus, non ?”) ? C’est là, où en plus de la tradition déguisée sous les oripeaux de la modernité numérique, cette idée du gouvernement d’Emmanuel Macron est aussi un choix idéologique tout à fait clair qui ne questionne en rien les dérives du passé et du présent. Peut-être faudrait-il donc augmenter un peu le titre du post d’Olivier Ertzscheid : “De la France comme une start-up nation ou mon cul comme du poulet" oui,mais élevé en batterie et génétiquement modifié.

_______________________

1 La semaine dernière, invité à s’exprimer lors du salon VivaTech, Emmanuel Macron a répété l’idée qu’il se faisait de la France à venir - une start-up nation - et de la manière dont il concevait l’Etat - comme une plateforme. On en a beaucoup ri - d’un rire jaune souvent - dans les réseaux. Certains, comme le chercheur biélorusse Evgeny Morozov, ont même extrapolé, imaginant les citoyens en usagers-clients, le politique en investisseur et les lois en algorithmes (comme c’est le cas quand on utilise des plateformes numériques, type Facebook ou Uber).

So, we went from "Government as a platform" to "Country as a start-up." Soon: Citizens as users. Politicians as founders. Laws as algorithms

— Evgeny Morozov (@evgenymorozov) June 16, 2017

Le blogueur Olivier Ertzscheid - dans un post publié hier soir sous le joli titre “De la France comme start-up nation, et de mon cul comme du poulet” - rappelle les risques qu’il y a à faire de la nation un “fichier-client” et le désenchantement politique qu’il pourrait en sortir. Ces critiques sont valables et nécessaires, mais elles n’enlèvent pas aux idées du Président l’aura de modernité qu’il se donne en maniant ces références.

Or, je pense que le problème est justement là, dans le fait que, (...)

 

Voir aussi :

Entre abstention et renouvellement

"Président jupitérien" : comment Macron compte régner sur l'Olympe

De l'usage des algorithmes dans la campagne - France Culture

Emmanuel Macron, la politique par les algorithmes | Mediapart

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.