Macron laisse couler et se noyer les "boat people"

La France a déjà envoyé aux antipodes des navires de la marine nationale sauver des "boat people". Comment Emmanuel Macron peut expliquer en quoi des gens qui fuient aujourd'hui pareillement la faim, la souffrance ou la mort sur un bateau en Méditerranée ne sont pas des "boat people" et n'ont pas droit à la même assistance humanitaire de la France ? Discrimination ? Racisme ?

Pendant que des femmes sauvent courageusement de la mort des réfugiés (Carole Rackete, Pia Klemp, ) ou tentent de les défendre contre l'esclavage moderne (la docteure Antonietta Lanzarone) ; les gouvernants baissent le pantalon devant l'extrême-droite et sa doctrine raciste dont la nocuité morbide étend son influence criminelle jusqu'en Nouvelle-Zélande.

L'impression que donne l'exécutif français - plus prompt à mutiler les petites gens qu'à faire régner la justice sociale et l'équité fiscale - est de ménager la doxa stigmatisante des cerbères du repli identitaire étriqué et d'un nationalisme moisi.

Le drame des réfugiés en Méditerranée dure depuis des années.

Les milliers de morts s'accumulent sans qu'aucun Etat ne s'y intéresse.

Ce mépris institutionnel du droit à la vie - dont tous les Etats de l'UE ont pourtant l'obligation positive d'en garantir l'efficacité - signale l'alliance objective des idiots utiles d'un capital dévastateur ; qu'ils soient au pouvoir  ou dans l'opposition nationaliste (qui va se financer auprès de gouvernements étrangers...).

Salvini ne peut pas justifier à lui seul l'inaction des autres pays dont le comportement est tout aussi méprisant pour la dignité humaine - contraire donc aux valeurs fondamentales d'une démocratie moderne - et politiquement tout aussi réactionnaire et conservateur que ne l'est l'extrême-droite.

Il faut cesser de ménager des susceptibilités indignes qui méprisent aussi ouvertement l'humanité et tentent de l'instrumentaliser au mépris des citoyens.

Il n'y a pas l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette de différence entre ce que fait la France et l'Italie qui jouent toutes les deux au ping-pong avec les victimes de la misère du monde dont elles sont responsables puisque ces deux nations ont la vaine prétention de faire partie du petit cercle des Etats qui en dirigent la destinée (cf. le prochain G7 à Biarritz).

Emmanuel Macron laisse la Méditerranée devenir un énorme cimetière marin. Il est définitivement indécent et insupportable à entendre se justifier par des biais rhétoriques qui ne sont que des artifices pour tenter de s'exonérer de toute responsabilité. Qui peut-être encore dupe ?

 

Prolonger :

La France offre des hors-bord aux Libyens pour bloquer les migrants 22 févr. 2019 Par Mathilde Mathieu

Paris va livrer six bateaux à la marine libyenne, a confirmé, jeudi 21 janvier, le ministère des armées français. « Une scandaleuse nouvelle », selon Médecins sans frontières, alors que les garde-côtes de Tripoli jettent systématiquement leurs rescapés dans des centres de détention indignes.

Migrants: encore 170 disparus en Méditerranée - 20 janv. 2019 - Mathilde Mathieu 

« On doit faire cesser cette tragédie », a réagi un responsable du Haut Commissariat aux réfugiés, après que 170 personnes ont disparu en Méditerranée, dans deux naufrages distincts. Au large de la Libye, trois rescapés ont été hélitreuillés, faute de navires sur zone.

Prison, torture, travail forcé: les réfugiés du «Lifeline» racontent l’enfer libyen 13 juil. 2018 Par Mathilde Mathieu

Sept réfugiés du Lifeline, accueillis en France depuis le 5 juillet, racontent à Mediapart leur vécu en Libye, où la plupart ont passé des mois entre les mains de trafiquants de chair humaine ou des centres de détention du régime. « Là-bas, tu es une marchandise : on t’achète, on te revend... »

Comment les réfugiés secourus en mer sont répartis: enquête sur une Europe de marchands de tapis 27 février 2019 Par Mathilde Mathieu

Mediapart a enquêté sur la manière dont les passagers de l’Aquarius, du Lifeline ou encore du Sea Watch, une fois débarqués, sont négociés entre pays européens. Depuis que l’Italie a fermé ses ports, huit accords de répartition ont été bricolés. À la clé ? À peine 850 réfugiés « dispatchés » et 16 États membres aux abonnés absents.

Le HCR réclame une solution pour les 500 migrants à bord de l'Ocean Viking et de l'Open Arms

L'agence des Nations unies pour les Réfugiés (HCR) a appelé mardi les gouvernements européens à autoriser le débarquement de 507 migrants récemment secourues en Méditerranée centrale et actuellement bloquées en mer à bord de deux navires humanitaires. Brève - Agence Reuters - 13 août 2019 - 1 commentaire

Open Arms : Madrid accuse Rome de "violer la loi"

Le gouvernement espagnol a haussé le ton lundi contre les autorités italiennes, qu'il accuse de violer le droit de la mer en refusant au navire humanitaire Open Arms la possibilité d'accoster dans l'île de Lampedusa. Brève - Agence Reuters - 19 août 2019 - 2 commentaires

Les migrants recueillis à bord de l'Open Arms sont en danger, selon l'ONG

La sécurité migrants recueillis à bord de l'Open Arms ne peut plus être garantie, a averti samedi l'ONG espagnole à laquelle appartient le navire, qui attend depuis plus de deux semaines l'autorisation d'accoster à Lampedusa. Brève - Agence Reuters - 17 août 2019 - 24 commentaires

Migrants : L'Open Arms toujours bloqué au large de Lampedusa

Le navire humanitaire espagnol Open Arms est toujours bloqué près de l'île de Lampedusa vendredi matin, le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini s'opposant à son accostage en dépit de l'accord européen annoncé la veille pour la prise en charge des migrants. Brève - Agence Reuters - 16 août 2019 - 25 commentaires

Conte critique la position de Salvini sur l'immigration

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a accusé jeudi son ministre de l'Intérieur, le dirigeant d'extrême droite Matteo Salvini, de déloyauté et d'obsession xénophobe dans un contexte de déliquescence de la coalition au pouvoir. Brève - Agence Reuters - 15 août 2019 - 5 commentaires

Madrid propose de prendre en charge une partie des migrants secourus par l'Open Arms

L'Espagne a proposé de prendre en charge une partie des migrants secourus en Méditerranée par le navire humanitaire espagnol Open Arms, actuellement bloqué au large des côtes italiennes, a annoncé jeudi la présidence du Conseil italien. Brève - Agence Reuters - 15 août 2019 - 1 commentaire

Migrants: La justice italienne désavoue Salvini, autorise l'Open Arms

Le navire humanitaire espagnol Open Arms, qui a à son bord quelque 150 migrants récupérés en Méditerranée, doit être autorisé à entrer dans les eaux territoriales italiennes, contrairement à ce que dit le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, a décidé mercredi la justice administrative italienne.… Brève - Agence Reuters - 14 août 2019 - 25 commentaires

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.