Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 août 2016

" Je suis socialiste mais ne le dites pas à ma mère, elle croit que je suis pian... "

Etonnant week-end où des candidats putatifs de la gauche paraissent confirmer que le PS recommence l'erreur de 2002. Leur discours traduit une prise de distance avec l'idéologie socialiste, comme s'ils avaient honte de leur électorat. Le problème est que ce n'est pas l'électeur de droite ou du centre qui votera pour eux.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Coup sur coup, deux membres de la majorité, un ancien ministre et un actuel marquent une distance avec le socialisme :

« Je ne suis pas socialiste » : la déclaration de Macron au Puy du Fou agace la gauche

Présidentielle : Montebourg défend un projet " socialiste mais pas seulement "

Ces deux réserves s'inscrivent dans celle du président, " candidat seulement en cas de possible victoire ", qui fait du " social-libéralisme " avec un premier ministre qui exprime le souhait de ne plus s'appeler socialiste. Une étude de sciences po montre que l'électorat " social libéral " - oxymore ou novlangue - ne représente que 6% des voix au maximum (ce qu'a fait Manuel Valls au primaire du PS).

Ces personnalités donnent le sentiment d'avoir honte d'être socialiste : " Je suis socialiste mais ne le dites pas à ma mère, elle croit que je suis pianiste dans un bordel " ? Ce n'est pas ce qui va mobiliser l'électorat de gauche. Il est également fort peu probable que l'électorat de droite ou du centre vote pour eux. Des personnes qui se sentent aussi mal à gauche devraient adhérer à l'UDI ou aux LR.

Pierre Mauroy s'inquiétait du mépris de la condition ouvrière lors de la campagne de 2002.

Un article de Gérard Grunberg rappelle que : " La notion de classe sociale est quasiment absente de la réflexion et du discours du Premier ministre britannique. Bien que cette différence de lecture des sociétés contemporaines ne constitue pas l'élément central du désaccord que les socialistes français expriment désormais publiquement à l'égard du « social-libéralisme » de Tony Blair, il ne fait pas de doute qu'elle est au fondement des divergences entre les deux projets politiques. "

Les adhérents du parti travailliste anglais tournent le dos au blairisme quand les cadres du PS paraissent vouloir l'imposer à son électorat en oubliant l'échec qu'ils ont déjà connu. Leur discours donne le sentiment que la souffrance des populations est méprisée, culpabilisant les victimes de l'accroissement des inégalités, au prétexte qu'elles ne feraient rien pour améliorer leur sort ou qu'elles bloquent les " réformes ".

Ceux-là mêmes qui aujourd'hui prétendent faire barrage au FN s'inscrivent dans un discours qui a déjà été rejeté en 2002 :

Lionel Jospin "Le projet que je propose au pays n'est pas un projet socialiste" INA

Jospin: «Mon projet est moderne, pas socialiste» - Libération

L'erreur du PS est d'autant plus incompréhensible qu'il y a eu depuis la fraude bancaire ayant entrainé la crise de 2008, engendrant celle de la dette, servant de prétexte à une régression sociale favorisant l'augmentation des inégalités. Le discours de Lionel Jospin avait été rejeté alors que la France avait connu une embellie économique. Sa rhétorique et ses éléments de langage sont donc encore moins pertinents aujourd'hui qu'ils ne l'étaient en 2002.

Cette incohérence ne peut être que volontaire, comme le sera donc l'échec, au mépris de ses conséquences déjà prévisibles. Ces gens ne sont pas sérieux.

_______________

L'autodestruction du Parti socialiste - Le Monde diplomatique

François Hollande salue une tendance à la baisse du chômage 24 août 2016 | Par Agence Reuters

François Hollande a salué mercredi le recul du nombre de chômeurs n'ayant eu aucune activité en juillet en déclarant que la "tendance" à la "baisse du chômage" s'était "amplifiée depuis le début de l'année".

Sauf que :

Le Canard enchaîné du trois août a dénoncé la manipulation des chiffres du chômage avec les instructions de basculer d'une catégorie de chômage dans une autres en envoyant en stage 500 000 chômeurs.

Trucage des chiffres du chômage : Pôle emploi a reçu des ...

Le forcing de Pôle emploi pour faire entrer 500.000 chômeurs en ...

Les articles de Fabrice L'Homme et Gérard Davet ne sont pas de nature à rassurer sur la validité des propos de François Hollande :

Le jour où… François Hollande a imposé la loi travail

Le jour où… François Hollande a limogé Jean-Marc Ayrault

Ni l'éditorial du Canard d'aujourd'hui qui, s'il égratigne Nicolas Sarkozy, massacre aussi François Hollande.

Voir aussi la réaction de Jean Glavany sur l'affirmation de François Hollande d'avoir "manque de bol" à propos des chômeurs. (Le « malaise » de Jean Glavany face au « pas de bol » de François...)

Valls déplore la "violence" de Montebourg, Hamon et Duflot 23 août 2016 | Par Agence Reuters

Manuel Valls dénonce dans une interview à paraître cette semaine dans L'Express la "violence" verbale des anciens ministres de gauche qui se sont récemment déclarés candidats à l'élection présidentielle de 2017.

Sauf que :

  • 23/08/2016 15:22
  • Par ask75

"Valls déplore la "violence" de Montebourg, Hamon et Duflot."

😮

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart